Würtele (Josias)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Homme d'affaires (commerce de détail et propriété foncière) né en 1760 à Strümpfelbach (Wurtemberg, Allemagne).

Père de la lignée Würtele/Andrews d'Amérique.
Épouse (premières noces) Catherine Andrews en Allemagne ; de cette union sont issus 10 enfants dont Jonathan Würtele.
S'établit à Québec au cours des années 1780.
Père de la lignée Würtele/Ramsay d'Amérique.
Épouse (secondes noces) Eleonor Ramsay à Québec en 1814 ; de cette union sont issus 2 enfants. Hérite du commerce de tabac et d'articles divers ainsi que de la maison de son oncle Jonathan Eckart à Québec.
Avec son associé John Savage, il achète des terres concédées par le Gouvernement aux vétérans de la milice en raison de leur service durant la Guerre d'indépendance des États-Unis ; ces terres de 400 acres chacune étaient situées dans les cantons de Windsor, Granby, Somerset, Milton, Chester, Auckland, Stoke, Nelson, Halifax et Grantham en Bas-Canada et de Gloucester et Hawksbury en Haut-Canada.
En 1808 (5 octobre), il acquiert, au prix de 1 300 livres, la seigneurie de Deguire (88) saisie sur les biens de William Grant.
En 1822 (28 octobre), il achète au prix de 1 300 livres, la partie de la seigneurie de Bourg-Marie (82-84) située à l'est de la rivière Yamaska avec son manoir et ses moulins à scie et à farine, de Margaret Barlow.
À son décès, il légua tous ses biens à son épouse et à ses enfants issus de ses deux mariages.
La seigneurie de Deguire (88) et la seigneurie de Bourg-Marie-Est (84) allèrent à Jonathan Würtele avec obligation de ne pas les céder à des étrangers à la famille ; ses 3 autres fils héritèrent de lots dans les cantons dont la superficie totale était de 46 929 acres ; l'argent et le reste des lots allèrent à son épouse, à ses filles et à ses petits enfants.
Père de Jonathan Würtele. Grand-père de Jonathan Saxton Campbell Würtele.
Décès en 1831 à Montréal.

  • Crédits -


Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)

Outils personels