Sarandou (Michael)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Le 15 octobre 1985, vers 23 h 15, l'avocat, Frank Schoofey, un criminaliste notoire, est assassiné à la sortie de son bureau à Montréal.

Le 17 avril 1998, un vol à main armée est commis à la Caisse populaire Desjardins prés de l'intersection des rues Saint-Laurent et Chabanel à Montréal ; Claude Mailhot, un client de la caisse venait d'y déposer 3 000 $, et était encore dans la succursale ; devant le refus de la caissière de lui remettre le contenu de sa caisse, le voleur menace de tirer sur les clients ; Mailhot demande à caissière de remettre ses 3 000 $ au voleur, la caissière refuse et le voleur tire dans le dos de Mailhot qui deviendra paraplégique et sera condamné à la chaise roulante pour le reste de ses jours.
Le 12 juillet 2001, Michael Sarandou, qui venait de commettre un vol à main armée dans une banque à Montréal, transperse de 5 balles l'agent André Leclerc qui le pourchassait ; l'agent Leclerc survit à ses blessures et réintègre le Service de police de Montréal après sa convalescence ; au moment de ce dernier crime, Sarandou, un adepte des drogues dures, venait de purger une peine de 16 ans de prison infligée en 1986 pour 5 vols à main armée et pour avoir tué de 4 balles dans la tête sa maîtresse, Manon Lanthier qu'il venait à peine de connaître.
En 2002, le revolver Ruger .357 trouvé le 8 août 1998 est identifié comme étant l'arme qui avait servi à tuer Richard Chabot le 14 mars 1998 et à blesser Claude Mailhot le 17 avril 1998.
En février 2004, Michael Sarandou est reconnu coupable de vol et de tentative de meurtre sur l'agent Leclerc.
En octobre 2004, la police de Montréal chargée de réexaminer les vieux crimes identifie Michael «Crazy Mike» Fidanoglou et son complice, Michael Sarandou, comme le suspect le plus plausible relativement au décès de Me Schoofey commis le 15 octobre 1985 ; les deux bandits étaient des clients de Me Schoofey.
Le 6 octobre 2004, Michael Sarandou avoue le meurtre de Normand Lacombe commis le 1er octobre 1983 et dénonce Marcel «Ti-Noir» Sachetelli à l'escouade des vieux crimes qui appréhende ce dernier ; Sachetelli, alors âgé de 62 ans, est accusé du meurtre prémédité de Normand Lacombe ; Sachetelli reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite de complot pour meurtre et est condamné à 52 mois de prison.
Le 1er juin 2005, Sarandou, 56 ans, est déclaré délinquant dangereux et condamné à demeurer en prison jusqu'à ce que des psychiatres le déclarent apte à rentrer dans la société civile.

Outils personels