Lavergne (Léo)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Homme de sciences (biochimiste judiciaire) né à Montréal.

Études à l'Université de Montréal-UUdeM (biochimie).
À l'occasion d'un emploi d'été au laboratoire du Docteur Michel Potier, il se découvre un intérêt pour la génétique médicale. Il rédige un mémoire de maîtrise sur l'acide ribonucléique ADN de transfert avec le bio-informaticien Robert Cedergren. Il se joint au service nouvellement fondé de dépistage prénatal des maladies génétiques au Centre hospitalier universitaire Saint-Justine à Montréal.
Par la suite, il crée un laboratoire d'identification judiciaire où il forme une douzaine de spécialiste ; il est à l'avan-garde de la recherche dans ce domaine.
Il élargit son champ d'action: l'analyse des mélanges d'ADN. Un défi intellectuel consistant à remettre en place les traces laissées par diverses personnes sur un même échantillon.. Pour l'avenir, le réseautage criminel et la gestion des banques de données à long terme sont dans sa mire ; il espère que l'évolution de l'analyse moléculaire permettra, à la suite d'un échantillon laissé par un crimine, une description physique du suspect, et qu'à partir d'une seule cellule trouvée sur les lieux du crime, on pourra en quelque sorte esquisser un véritable portrait -obot du criminel comprenant la couleur de ses cheveux et de ses yeux, de même que son origine ethnique.
(source : Revue des Diplômés de l'Université de Montréal no 427, automne 2014, page 10)

Outils personels