L'affaire de l'Ordre du Temple solaire-OTS

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Éphémérides :

Le 4 octobre 1990, à 5 h 01, un appel téléphonique déclenche l'incendie de deux maisons jumelées à Morin Heights ces maisons appartenaient aux gourous de la secte de l'Ordre du Temple solaire, secte que Joseph Di Mambro et Luc Jouret avait fondée à Genève en 1984 ; bilan : 5 morts ; Colette et Jerry Genoud, de citoyenneté suisse, se sont suicidés en absorbant des médicaments ; Antonio Dutoit son épouse, Nicky Dutoit, et leur bébé, Christopher, avaient été poignardés quelques jours plus tôt par les deux suicidés parce que leur bébé était considéré comme l'antéchrist pour avoir été appelé du même prénom que le fils de Joseph Di Mambro.
À la même période, en Suisse, 48 membres de la même secte, dont 4 québécois se suicident ou sont assassinés; à 17 h 12, 18 h 11 et 18 h 12, trois appels téléphoniques déclenchent l'incendie d'une ferme à Cheiry en Suisse ; 23 cadavres sont découverts dans les ruines dont la majorité avaient été tués par balles avant l'incendie, https://www.journaldequebec.com/quebec-solidaire-stagne ;
Le 4 octobre 1990 à 5 01 h, un autre incendie allumé de la même manière enflamme des chalets à Grange-sur-Salvan en Suisse ; 25 personnes meurent dans cet incendie dont Luc Jouret et Joseph Di Mambro ; les victimes auraient été empoisonnées au curare avant l'incendie. Parmi les 48 personnes décédées en Europe ce jour-là, neuf étaient québécoises : Robert Ostiguy, maire de Richelieu et son épouse, Françoise Ostiguy, Joce-Lyne Grand'Maison, journaliste au Journal de Québec, Robert Falardeau, chef de l'Ordre du Temple solaire au Québec, Jean-Pierre Vinet, ex-cadre d'Hydro-Québec, sa conjointe, Pauline Lemonde et leur fille, Annie Brunnel, Martin Germain, un électricien de Québec, qui a réalisé le système de mise à feu, et son épouse, Cécile Germain. Peu de temps après les suicides et meurtres d'octobre 1990, le chef d'orchestre franco-suisse, Michel Tabachnik est inculpé à Grenoble (France) «pour association de malfaiteurs» à cause de «ses enseignements doctrinaux qui auraient inspiré une dynamique d'homicide aux adeptes de l'Ordre du Temple solaire,
En 1993, on apprend qu'une quinzaine de cadres et employés d'Hydro-Québec appartiennent à une secte qui mélange ésotérisme, occultisme et vision apocalyptique de l'avenir. Hydro-Québec aurait alors alloué des fonds pour que l'Ordre du Temple solaire-OTS puisse engager des conférenciers et assumer les frais de séminaires et ateliers de croissance personnelle proposés par l'OTS.
Au cours de la nuit du 15 au 16 décembre 1995, 16 personnes, (13 adultes membres de l'Ordre du Temple solaire et 3 enfants respectivement de 2, 4 et 6 ans), sont trouvées carbonisées à Saint-Pierre-de-Chérennes dans le Vercors en France ; au total, entre octobre 1994 et décembre 1995, 68 membres de l'Ordre du Temple solaire ont trouvé la mort en Suisse, en France et au Québec lors de tueries-suicides collectifs.
Le 22 mars 1997, suicide collectif à Saint-Casimir-de-Portneuf au Québec ; bilan : 5 morts, des adeptes de l'Ordre du Temple solaire dont 3 (Didier Quèze, 39 ans, Chantal Goupillot, 39 ans, et la mère de cette dernière, Suzanne Druau, 63 ans) sont d'origine française , et 2 (Bruno Klaus, 49 ans, et Pauline Rioux, 54 ans) seraient des résidents de Val-David au Canada ; 3 adolescents sont retrouvés vivants parce qu'ils avaient négocié avec leurs parents leur droit de vivre.
Le 20 décembre 2006, Tabachnik est définitivement acquitté de l'accusation qui pesait contre lui en France depuis les événements d'octobre 1995 ; au total, entre octobre 1990 et décembre 1995, 68 membres de l'Ordre du Temple solaire avaient trouvé la mort en Suisse, en France et au Québec lors de meurtres-suicides collectifs.

Outils personels