Garon (Jean)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

Études à l'Université Laval à Québec-ULQ (sciences sociales, bacc et maîtrise).
Professeur de sciences économiques au Cégep de Limoilou (1968-1969) et professeur à la Faculté de droit et à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval à Québec-ULQ (1970-1976).
Vice-président du Rassemblement pour l'indépendance nationale-RIN pour la région de Québec (1962), puis président du Rassemblement pour l'indépendance nationale-RIN pour la région de l'Est du Québec (1963).
Cofondateur du et organisateur en chef du Ralliement national-RN dans l'Est du Québec (1966).
Membre fondateur du Parti québécois (1968).
Candidat du Parti québécois-PQ de Charlevoix défait aux élections de 1973.
Député du Parti québécois-PQ de Lévis à l'Assemblée nationale du Québec-ANQ (1976-1998).
Ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (1976-1985) dans les cabinets de René Lévesque et de Pierre Marc Johnson ; on lui doit la Loi sur la protection du territoire agricole du Québec.
Ministre de l'Éducation (1994-1996) dans le cabinet de Jacques Parizeau.
Ne présente pas sa candidature comme député à l'Assemblée nationale aux élections de 1998.
Maire de la ville regroupée Lévis (1998-2005).
Candidat défait à la mairie de Lévis aux élections de 2005.
Décès en 2014 (1er juillet 2014) ; il avait 76 ans.

  • Publications -


Pour tout vous dire (essai, Éditions VLB et La Vie agricole, 2013).
Chroniqueur au mensuel La Vie agricole.

Citation :

«Je pense que les gens n'aimaient pas Pauline [Marois]. Pauline n'était pas populaire.» - Le Soleil, 9 avril 2014
«Lucien Bouchard a toujours été un nationaliste profondément conservateur, ancré dans le passé religieux du Québec, et jamais un souverainiste social-démocrate. Il en a parfaitement le droit, mais pourquoi avoir voulu être chef d'un parti dont la raison d'être est justement la souveraineté et dont, dans le fond, il rejetait la philosophie sociale-démocrate?» - (Autobiographie Pour tout vous dire, 2013)

  • Distinctions :


Intronisé à titre posthume au Temple de la renommée de l'Agriculture du Québec (15 septembre 2015)
En novembre 2016, création d'un institut qui se veut un lieu de partage des connaissances et de réflexion et de débat portant sur les enjeux du secteur agro-alimentaire québécois et qui vise également à créer des ponts entre le monde urbain et la ruralité du Québec ; on donne à cet institut le nom de l'Institut Jean-Garon en son honneur.
En 2020, des citoyens de Lévis demandent au gouvernement de donner le nom de Jean Garon à l'autoroute

Outils personels