Colapelle (Giuseppe «Closure»)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

  • Gangster.

En 2004, Francesco Arcadi, bras droit de Vito Rizzuto, Francesco Del Balso et Lorenzo Giordano avaient accusé Colapelle d'être en partie responsable d'une perte de 800 000 $ dans le cadre d'une transaction de marijuana ratée ; au cours d'une conversation enregistrée au Café Consenza (devenu Associazione Cattolica Eraclea), Arcadi aurait dit de Colapelle qu'il ne voulait pas le voir pour l'instant, car il allait le tuer quoique, à son avis , une bonne raclée dont il se souviendrait le restant de ses jours serait de mise ; avant son décès, Colapelle était en attente de son procès en relation avec l'exploitation d'une maison de jeu illégale au 6e étage d'un édifice commercial de Saint-Léonard dans laquelle il aurait été associé à Francesco Del Balso, Mario Marabella et Nicola Di Marco ;
Le 6 novembre 2006, Del Balso est arrêté lors de l'Opération Colisée.
En 2009, Marabella est enlevé et n'a pas été revu depuis ; depuis ce temps, la maison de jeu éprouvait des difficultés financières ; Colapelle aurait touché 217 000 $ à une occasion quand les profits de la maison de jeux ont été divisés entre les associés.
En février 2012, lorsque Giuseppe De Vito est reconnu coupable d'importation de drogues, Giuseppe Colapelle prend charge des affaires de De Vito.
Le 1er mars 2012, vers 18 h, Colapelle, 38 ans, est abattu d'au moins une balle dans son VUS stationné près du Beaches Pub, au 8974 boulevard Langelier, dans l'arrondissement de Saint-Léonard à Montréal ; Colapelle semblait être le bras droit de Giuseppe De Vito ; Colapelle aurait renseigné le gang de Raynald Desjardins sur les alliances que nouait Salvatore Montagna pour le contrôle de la mafia Montréalaise.


Outils personels