Société CBC/Radio-Canada-SRC, Radio-Canada, Canadian Broadcasting Corporation (entreprise de communications)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • S'adresse aux francophones, aux anglophones et aux autochtones du Canada.


  • Éphémérides -


1932 (26 mai 1932) Adoption de la Loi canadienne de la radiodiffusion par le Parlement du Canada et création de la Commission canadienne de la radio qui installe des antennes de 50 000 watts pour Montréal et Toronto.
1933 Inauguration de la station de radio CRCC de Chicoutimi.
1936
(2 novembre 1936) Faillite de la Commission canadienne de la radio ; la Canadian Broadcasting Corporation/Société Radio-Canada lui succède sous la direction de Gladstone Murray et d'Augustin Frigon; la société diffuse alors 6 heures d'émission par jour avec un personnel de 15 personnes.
1937 Entrée en ondes de CBF Montréal, première station de radio française de Radio-Canada.
1938
Entrée en ondes de CBV Québec, première station régionale. Le poste CRCC, devenu CRCS, devient CBJ Chicoutimi.
1941
Création du Service des Nouvelles de Radio-Canada.
1945
Création du Service international de Radio-Canada. Arnold Davidson Dunton, le premier président de la Société entre en fonction.
1946
Entrée en ondes de CBF-FM Montréal, première station FM française au Canada.
1951
(18 mai 1951) La Société Radio-Canada inaugure son nouveau siège social aménagé dans l'ancien hôtel Ford, à l'angle du boulevard Dorchester Ouest (René-Lévesque) et de la rue Bishop ; la société diffuse alors 18 heures d'émission par jour avec un personnel de 600 personnes à partir de 29 studios.
1952
(2 juin 1952) L'Image de mire (une tête d'Indien) apparaît pour la première fois sur les écrans.
(25 juillet 1952) La première émission présentée sur les ondes de CBFT est une partie de baseball entre les Montreal Royals et les Springfield Cubs.
(6 septembre 1952) Première émission télédiffusée au Canada par CBFT Montréal, station alors bilingue.
(8 septembre 1952) Première émission télédiffusée en anglais par CBLT, Toronto.
1953
J.-Alphonse Ouimet prend la direction de la Société.
(10 août 1953) Présentation de la première soirée d'élection fédérale à la télévision de Radio-Canada.
1954
Entrée en ondes de CBAF Moncton, radio française.
(10 janvier 1954) Entrée en ondes de CBMT Montréal, station anglaise, CBFT devient une station uniquement de langue française.
(19 et 20 mars 1954) Présentation du premier téléthon pour la paralysie cérébrale à partir du Théâtre Saint-Denis de Montréal.
(17 juillet 1954) La station CFCM-TV à Québec se joint au réseau français de Radio-Canada.
(21 novembre 1954) La station CJBR-TV à Rimouski se joint au réseau français de Radio-Canada.
1955
(7 janvier 1955) Diffusion de l'ouverture de la session du Parlement canadien.
(24 juin 1955) CBOFT Ottawa (télévision française) se joint au réseau français de Radio-Canada.
(1er décembre 1955) La station CKRS-TV (CKTV) de Jonquière se joint au réseau français de Radio-Canada.
1956
(12 août 1956) La station CHLT-TV de Sherbrooke se joint au réseau français de Radio-Canada.
1957
(25 décembre 1957) La station CKRN-TV de Rouyn-Noranda se joint au réseau français de Radio-Canada.
1958
Création du Service du Nord (radio).
(15 avril 1958) La station CKTM-TV de Trois-Rivières se joint au réseau français de Radio-Canada.
(Juillet 1958) Entrée en service du réseau transcanadien de Radio-Canada (le plus long réseau hertzien du monde) et diffusion de la première émission en direct, de la Nouvelle-Écosse à la British Columbia.
(30 août 1958) La station CKBL-TV de Matane se joint au réseau français de Radio-Canada. Création du Bureau des gouverneurs de la Radio. J.-Alphonse Ouimet remplace Arnold Davidson Dunton comme président de la Société.
(29 décembre 1958) Début d'une importante grève des 75 réalisateurs de la Société à Montréal supportée par l'Union des artistes et son président, Jean Duceppe, la Société des auteurs et son président, Jean-Louis Roux, la Confédération des travailleurs catholiques du Canada - CTCC et son président, Roger Mathieu ainsi que son secrétaire général, Jean Marchand, le journaliste et animateur, René Lévesque ; Raymond Lévesque, Lucille Dumont, Jean-Pierre Ferland apportent également leur contribution en participant à des spectacles bénéfices comme Difficultés temporaires et N'ajustez pas votre appareil à la Comédie canadienne.
1959
(19 janvier 1959) Les grévistes de Radio Canada et leurs sympathisants, dont Pierre Elliott Trudeau, Jeanne Sauvé et Pierre Bourgault marchent sur Ottawa pour rencontrer le ministre du Travail, Michael Starr.
(2 mars 1959) La police à cheval de Montréal charge les grévistes du réseau français de Radio-Canada alors sous le coup d'une injonction pour piquetage illégal (troubler la paix).
(9 mars 1959) Fin de la grève des réalisateurs ; elle aura duré 63 jours. (17 octobre) La station CHAU-TV de Carleton se joint au réseau français de Radio-Canada.
(21 décembre 1959) La station CBAFT de Moncton se joint au réseau français de Radio-Canada.
1960 (24 avril 1960) La station CBWFT de Winnipeg se joint au réseau français de Radio-Canada.
1962 (14 janvier 1962) La station CKRT-TV de Rivière-du-Loup se joint au réseau français de Radio-Canada. (Juillet) Mise en service du premier relais par le satellite Telstar entre l'Europe et l'Amérique du Nord.
1964 Les stations de radio française CBOF Ottawa et CJBC Toronto se joignent au réseau français de Radio-Canada. (7 septembre 1964) La station CBVT de Québec remplace la station CFCM-TV de Québec sur le réseau français de Radio-Canada.
1966 (1 septembre 1966) Avènement de la télévision en couleur au Canada. (4 octobre) Début de construction de la Maison de Radio-Canada, boulevard Dorchester (René-Lévesqye) à Montréal.
1967 (27 avril 1967) La Société diffuse les cérémonies d'ouverture de l'Expo 67 pour quelque 650 millions de téléspectateurs dans plus de 70 pays. La station de radio CBUF-FM Vancouver se joint au réseau français de Radio-Canada.
1968 Création du Conseil de la radio et de la télévision du Canada (CRTC).
Une loi du Parlement canadien exige que Radio-Canada contribue à la promotion et à la préservation de l'unité canadienne.
(9 juin 1968) Télédiffusion du premier débat télévisé des chefs de partis politiques en campagne électorale fédérale (Pierre Elliott Trudeau, Robert Stanfield, Tommy Douglas et Réal Caouette.
1970 CBEF Windsor (radio) et CBXFT (télévision française) se joignent aux réseaux français de Radio-Canada.
(17 septembre 1970) Inauguration du nouveau siège de la Société Radio-Canada-SRC sur le boulevard Dorchester (René-Lévesque).
1972 Le Service international de Radio-Canada devient Radio-Canada International (RCI). CBGA (radio) et CBGAT Matane (télévision) se joignent aux réseaux français de Radio-Canada.
1973
Les stations de radio CKSB de Saint-Boniface et CBKF de Saskatchewan (radio) se joignent au réseau français de Radio-Canada.
(25 septembre 1973) La station CBLFT de Toronto se joint au réseau français de Radio-Canada.
(5 décembre 1973) Inauguration de la Maison de Radio-Canada à Montréal.
1974
Inauguration du réseau FM stéréo français (Montréal-Ottawa-Québec-Chicoutimi). Les stations de radio CBOF-FM d'Ottawa, CHFA d'Edmonton, CBJ-FM de Chicoutimi et CBV-FM de Québec se joignent au réseau français de Radio-Canada.
(1er septembre 1974) La station CKSH-TV de Sherbrooke se joint au réseau français de Radio-Canada; elle remplace la station CHLT-TV.
1976 (Juillet 1976) Radio-Canada est le diffuseur hôte des Jeux olympiques de Montréal. (16 juillet) Les stations de télévision CBEFT de Windsor et CBUFT de Vancouver se joignent aux réseaux français de Radio-Canada.
1977 (1 août 1977) Les stations de radio CJBR, CJBR-FM et CJBR-TV Rimouski se joignent aux réseaux français de Radio-Canada.
1978 La station de radio CBON-FM de Sudbury se joint au réseau français de Radio-Canada.
1980 (29 octobre 1980) Début d'une importante grève (8 mois) des membres du Syndicat général du cinéma et de la télévision dont le président est Bernard Larin.
1982 Les stations de radio CBSI-FM de Sept-Îles et CBAL-FM de Moncton se joignent au réseau français de Radio-Canada. (31 octobre 1982) La station de télévision CBST de Sept-Îles se joint au réseau français de Radio-Canada.
1984 (Septembre 1984) Radio-Canada est le diffuseur hôte de la visite du pape Jean-Paul II au Canada.
1985 Radio-Canada se joint au réseau européen de langue française TV5.
1986 CBAF-19-FM Halifax se joint au réseau français de Radio-Canada.
1989-1993 Fermeture des stations de télévision de Matane, Rimouski et Sept-Îles.
1991 Marcel Masse, le ministre fédéral des communications, fait adopter une loi qui corrige la loi de 1968 et depuis ce temps, «la programmation de la Société doit à la fois être principalement et typiquement canadienne, refléter la globalité canadienne et rendre compte de la diversité régionale du pays, tant au plan national qu'au niveau régional, tout en répondant aux besoins particuliers des régions.» (source : Alain Saulnier, Le Devoir, 27 août 2014, page A6)
1992 CJBC-FM Toronto se joint au réseau français de Radio-Canada.
1995 Inauguration du Réseau de l'information (RDI), chaîne d'information continue de langue française.
1999 (Décembre 1999) début d'une grève de 5 semaines des techniciens et artisans des services français.
2000 Le président directeur général Robert Rabinovitch annonce l'abolition des bulletins régionaux de 18 h mais il se ravise et se contente de les amputer d'une demi-heure.
2001 Lock-out de 2 semaines des 1 600 techniciens du réseau anglais. Inauguration du nouveau Centre de l'information qui se convertit à l'ère numérique.
(1er septembre 2001) Inauguration d'ArTV, chaîne consacrée aux arts et à la culture.
2002 Radio-Canada perd la retransmission en français des matchs de l'équipe des Canadiens de Montréal au profit de RDS (Réseau des sports) à l'indignation des francophones qui devront désormais être abonné chez un cablo-distributeur pour les voir à la télé ; CBC conserve la diffusion de Hockey Night in Canada et diffuse les matchs de l'équipe des Toronto Maple Leafs. (23 mars) Début d'une importante grève (24 heures) des membres (journalistes, assistants de réalisation et de production, recherchistes, annonceurs, interviewers, employés au sous-titrage et chefs de pupitre) du Syndicat des communications de Radio-Canada (province de Québec et Moncton) immédiatement suivie d'un lock-out de la part de la Société. (27 mai) Retour au travail des membres du Syndicat des communications de Radio-Canada (province de Québec et Moncton) après 9 semaines de lock-out.
2005 Sylvain Lafrance est nommé vice-président des services français de Radio-Canada et commence l'intégration des services de la télévision, de la radio et de l'internet. Lock-out de 2 mois de 5 500 membres de la Guilde canadienne des médias, des employés anglophones et des correspondants nationaux à l'extérieur du Québec et de Moncton. Radio-Canada perd les enchères pour les droits de diffusion des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver et des Jeux olympiques de 2012 à Londres.
2006 À la suite de déclarations controversées, Guy Fournier démissionne de son poste de président du conseil d'administration de Radio-Canada.
2009 (Mars 2009) La Société supprime 805 postes dont 335 au réseau français
2010
(19 juin 2010) La Société Radio-Canada obtient une licence pour opérer une chaîne de télévision dédiée aux sports, Radio-Canada Sport.
2012
(5 avril 2012) Le Gouvernement Harper réduit de 130 millions $ sa contribution au budget de Radio-Canada ; la Société annonce l'abolition 657 postes au pays. En conséquences, la Société doit :

abandonner son projet de chaîne de télévision numérique axée sur les sports,
réduire de 400 000 pi2 la surface occupée à la maison de Radio-Canada à Montréal,
abolir des émissions de nuit à la première chaîne de radio (française),
réduire le budget de production musicale à Espace musique,
réduire les coûts de la programmation et de la production d'information à CBC
réduire les coûts de la production de RDI à Montréal et dans les centres régionaux
réduire les coûts de la programmation et d'information à CBC
vendre de publicité et de commandites sur Espace musique et CBC Radio 2 (anglaise)
2014
(25 juin 2014) Le gouvernement informe la Société qu'il réduira son soutien de 130 millions pour l'année 2014-2015. Le président de la Société, Hubert T. Lacroix annonce l'abolition de 1500 postes entre 2014 et 2020 dont l'abolition de 657 postes au cours de l'exercice 2014-2015 ; lorsque ces postes deviendront vacants, ils ne seront pas remplis.
2017 Confrontée à effectuer d'onéreuses réparations à son siège social, la Société décide de vendre son édifice de 1970 et de le remplacer par un édifice plus petit sur un terrain borné au nord par le boulevard René-Lévesque, au sud par la rue Viger, à l'ouest par la rue Alexandre De Sève et à l'est par l'avenue Papineau.
2019 (26 avril 2019) Le Journal de Montréal rapporte que la Société lui a remis deux rapports de vérification effectués par la firme Price, Waterhouse Cooper ; la SRC dépensera 21 millions $ en loyer chaque année pour occuper l'espace lorsqu'il sera complété en 2020 ; ces rapports de vérification écrits par la firme de comptables Price, Waterhouse Cooper ont été entièrement caviardés avant d'être remis au Journal ; ce qui a fait dire à lOpposition qu'il s'agit d'une manière délibérée de cacher de l'information.
(19 septembre 2019) Le Journal de Montréal rapporte que le coût de la construction du nouveau siège social de la SRC sur la rue Papineau à Montréal atteindra 183 millions $ dépassant ainsi par environ 25 millions $ les prévisions de coût originelles ; la livraison de la maison par l'entrepreneur est prévue pour le 31 décembre 2019 ; mais, les travaux auraient pris du retard en raison de plusieurs modifications exigées par la SRC.

  • Présidents et directeur généraux de la Société


1936-1944Murray, Gladstone
1944-1951Frigon, Augustin
1952-1953
1953-1958Ouimet, Alphonse
1982-1989Juneau, Pierre
 Picard, Laurent
1989-1993Veilleux, Gérard
 Manera, Tony
1994-1999Beatty, Perrin
1999McCoubray, James (intérim)
1999-2007Rabinovitch, Robert
2007-Lacroix, Hubert T.



Outils personels

Publicité

(Annonces   .)