Sainte-Marie (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Superficie - 106,65 km2.
  • Gentilé - Mariverain, aine.


  • Éphémérides -


1672
(3 novembre) Concession par l'intendant Jean Talon d'un fief de 16 arpents de front sur 50 de profondeur sur la rivière Chaudière à François Miville, un traiteur de fourrures de Lauzon.
1683
(1 juillet) Concession d'une seigneurie aux jésuites sur le site de la municipalité avec mandat d'y protéger les Abénaquis qui ont fui la New England.
1683
Les terres non exploitées le long de la rivière Chaudière retournent au domaine royal.
1736
(23 septembre) Concession de 3 seigneuries par le gouverneur Beauharnois et l'intendant Hocquart ; la plus rapprochée du fleuve Saint-Laurent (3 lieues ou environ 15 km de front sur 2 lieues ou environ 10 km de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) est concédée à Thomas-Jacques Taschereau qui la nomme Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (111), la suivante (3 lieues ou environ 15 km de front sur 2 ou environ 10 km lieues de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) à Joseph Fleury de La Gorgendière qui la nomme Saint-Joseph-de-Beauce (112) et la suivante (3 lieues ou environ 15 km de front sur 2 lieues ou environ 10 km de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) est concédée à François-Pierre Rigaud de Vaudreuil qui la nomme Saint-François-de-Beauce (113) ; les 3 propriétaires sont chargés de construire un grand chemin roulant de charrette à partir du fleuve Saint-Laurent, le long de la rivière Chaudière.
1737
Fondation de la mission Sainte-Marie dont le territoire couvre celui des seigneuries de Saint-Étienne (109) et de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (111).
1738
Arrivée des premiers colons, Étienne Raymond, Vincent Houdard, et Hyacinthe Lehoux, venus de Sainte-Anne-de-Beaupré et Jean Bilodeau, Pierre Boivin, Nicolas Comiré, Augustin Faucher, Claude Faucher, Joseph Gagné, Ignace Gagnon, Joseph Gobeil, Louis Grégoire, Pierre Grenier, Jean Jacques, Augustin Labbé, Charles Landry, Julien Landry, Joseph Marcoux, Louis Marcoux, Jean Moussette, Augustin Turcot, Étienne Vachon et François Vallée.
Vers 1743
Construction du premier moulin à farine et de la première maison seigneuriale sur la rivière de l'Ancien Moulin.
1745
(2 novembre) Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Marie.
1746
Le seigneur Thomas-Jacques Taschereau concède une terre pour les fins paroissiales.
1749
(25 septembre) Au décès de Thomas-Jacques Taschereau, la seigneurie passe à son épouse, Marie-Claire Fleury de La Gorgendière (5/10), et à ses enfants, Gabriel-Elzéar Taschereau (1/10), Charles-Antoine Taschereau (1/10), Charlotte Taschereau épouse de Hubert Coutereau (1/10), Pierre-François Taschereau époux de Marie-Anne Trottier Desaulniers (1/10) et Charles-Claire Taschereau (1/10). La partie de la seigneurie située sur la rive gauche de la rivière Chaudière prend le nom de Taschereau et celle de la rive droite, celui de Linière.
1750 Construction de la première chapelle.
1752
La seigneurie compte 48 exploitants dont 28 résidents.
1762
La seigneurie compte 294 habitants.
1766
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Sainte-Marie, l'abbé Jean-Marie Verreau.
1772
(6 octobre) Cession de sa partie de la seigneurie (1/10) par Marie Taschereau à son frère, Gabriel-Elzéar Taschereau.
1773
(16 février) Vente de sa part de la seigneurie (1/2) par Marie-Claire Fleury de La Gorgendière, veuve de Thomas-Jacques Taschereau, à son fils, Gabriel-Elzéar Taschereau.
1774
(6 décembre) Cession de la partie de la seigneurie appartenant à feu Pierre-François Taschereau (1/10) par sa veuve, Marie-Anne Trottier Desaulniers, à Marie-Claire Fleury de La Gorgendière, veuve de Thomas-Jacques Taschereau, Gabriel-Elzéar Taschereau, Charles-Antoine Taschereau et Charlotte Taschereau, tous héritiers de Thomas-Jacques Taschereau.
1778 Fondation de la chapelle Sainte-Anne par la seigneuresse Marie-Claire Fleury de La Gorgendière, veuve de Thomas-Jacques Taschereau.
1781-1783
Construction en pierre de l'église Sainte-Marie.
1781
(1 février) Échange par lequel William Grant cède une partie de la seigneurie de Saint-Joseph à Gabriel-Elzéar Taschereau qui lui cède les portions paternelles et maternelles échues à Louise-Thérèse Fleury de La Gorgendière dans la seigneurie des Îles-et-Îlets-de-Mingan (183b).
1784
La seigneurie compte 775 habitants. Ouverture du rang Saint-Thomas.
1790
La seigneurie compte 1 128 habitants.
1797
Ouverture du rang Saint-Gabriel.
1809-1811
Construction du manoir seigneurial au bord de la rivière Chaudière.
1814
Ouverture d'une école de l'Institution royale sous la direction de Joseph Philippon.
1823
Établissement des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* pour enseigner au couvent.
1825
La seigneurie compte 4 137 habitants.
Érection canonique de la paroisse Saint-Bernard par détachement de celle de Sainte-Marie.
1827-1832
Construction de la deuxième chapelle Sainte-Anne.
1829
Érection canonique de la paroisse Saint-Isidore par détachement de celle de Sainte-Marie.
1831
(8 novembre) Érection canonique de la paroisse de Sainte-Marguerite par détachement de celles de Sainte-Marie et de Sainte-Claire-de-Jolliet.
1832
(21 et 22 mai) Important débordement de la rivière Chaudière.
1835
(22 mai) Érection canonique de la paroisse Sainte-Marie ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (111).
(26 mai) Érection canonique de la paroisse Saint-Elzéar par détachement de celle de Sainte-Marie.
1837 Tenue des assises du mouvement patriote.
1844
La paroisse Sainte-Marie compte 3 075 habitants.
1845
(8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce.
1847
(1 septembre) Abolition de la municipalité.
1851
(30 octobre) Important débordement de la rivière Chaudière.
1851-1859
Construction de l'église paroissiale selon des plans de Charles Baillairgé.
1852
Érection canonique de la paroisse de Sainte-Hénédine par détachement de celle de Sainte-Marie.
1854
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855
Établissement des Frères de la doctrine chrétienne au Collège Sainte-Marie.
(1 juillet) Constitution de la municipalité de Sainte-Marie.
1857
(5 décembre) La seigneurie de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (111) appartient à Amélie Juchereau Duchesnay, aux héritiers de Julie-Louise Taschereau Fortier, aux héritiers de Georges-Louis Taschereau, à Olivier Perrault, aux héritiers de Pierre-Elzéar Taschereau et à Elzéar-Henri Juchereau Duchesnay.
1860-1920
Établissement d'ateliers d'artisans voituriers.
1861
La municipalité compte 3 395 habitants.
1869
Inauguration du presbytère Sainte-Marie.
1872
Tremblement de terre endommageant le couvent des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.*.
1875-1876
Reconstruction du couvent des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.*.
1876
Inauguration du chemin de fer.
1880
Mise en exploitation d'un moulin à scie de Désiré Rousseau et Frères.
Érection canonique de la paroisse des Saints-Anges par détachement de celle de Sainte-Marie.
1881
La municipalité compte 2 782 habitants.
Fondation du cercle agricole de la paroisse Sainte-Marie.
1882
Henri-Jules Juchereau Duchesney achète au Dannemark le premier séparateur-centrifuge à crême importé au Canada.
La municipalité accueille la seconde fabrique-école de beurriers au Québec.
1885
(Printemps) Important débordement de la rivière Chaudière.
1891-1903
Construction de l'actuelle chapelle Sainte-Anne.
Vers 1893
Ouverture d'une succursale de la Banque canadienne nationale.
1895
(18 septembre) Érection canonique de la paroisse Saint-Maxime-de-Scott par détachement de celles de Sainte-Marie, Saint-Isidore et Saint-Bernard.
1896
(14 au 22 avril) Important débordement de la rivière Chaudière.
1898
Construction du collège des frères de la doctrine chrétienne selon des plans de l'architecte Georges-Émile Tanguay.
Neuf fromageries et une beurrerie sont en exploitation dans la municipalité.
(10 novembre) Érection canonique de la paroisse de L'Enfant-Jésus par détachement de celles de Sainte-Marie et de Saint-Joseph.
1901
La municipalité compte 2 539 habitants.
1902
Mise en exploitation du moulin à scie de Georges Ball.
1907
Mise en exploitation du moulin à scie de la Brown Corporation.
1908
Incendie d'une grande partie des bâtiments du village.
1912
(16 avril) Important débordement de la rivière Chaudière.
1913
Constitution de la municipalité du village de Sainte-Marie par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Marie.
(21 novembre) Catastrophe naturelle ; incendie de 150 maisons et commerces.
1917
(17-19 juin et 30-31 juillet) Important débordement de la rivière Chaudière ; du bois de flottant de la compagnie Brown Corporation est retenu par les estacades de Sainte-Marie alors que de fortes pluies s'abattent sur la région entraînant l'inondation de toute la plaine beauceronne.
1920
(27 mars) Important débordement de la Chaudière.
1921
Ouverture du centre d'hébergement pour vieillard Notre-Dame-de-la-Protection.
La municipalité du village compte 1 311 habitants et celle de la paroisse, 1 170.
1922
Prise en charge de l'hôpital Notre-Dame-de-la-Protection par les Soeurs de la charité de Québec. Une autre inondation causé par du bois de la Brown Corporation entraîne la cessation de la drave par cette compagnie.
1923
La population de la paroisse Saint-Maxime est de 800 âmes.
Achat d'une boulangerie par Joseph-Arcade Vachon (1868-1938).
1925
Rose-Anna Giroux (1877-1948), épouse de Joseph-Arcade Vachon, commence à fabriquer des gâteaux dans la boulangerie de son mari.
1926
Catastrophe naturelle ; incendie d'une grande partie des bâtiments du village sur la rue Notre-Dame.
1927
Joseph Boivin, un cordonnier de Québec, Jules Ferland et Honoré Labrecque inaugurent leur manufacture de chaussures sous le nom de Regina Shoes Ltd.
1928
(7 au 8 avril) Important débordement de la rivière Chaudière.
1932
Arrivée des soeurs missionnaires de l'Immaculée-Conception qui convertissent le Château Beauce en maison de retraite.
1934
Inauguration de la fabrique de chaussures de la Diamond Shoe Co.
(2 mai) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Marie-de-Beauce.
1936
Fermeture de la fabrique de chaussure de la Diamond Shoe Co.
(13 au 20 mars) Important débordement de la rivière Chaudière.
1937
Installation de la boulangerie J.-A. Vachon et fils dans l'usine de soulier abandonnée par la Diamond Shoe Company.
1938
Le Comité paritaire de l'industrie de la chaussure poursuit la Regina Shoe Co. Ltd pour infraction au décret applicable et obtient un jugement de 30 700 $ plus 20 % de pénalité contre la compagnie.
1940
La Regina Shoe déclare faillite et sa machinerie sera vendue à la Duchesse Shoe de Richmond alors que son usine sera achetée en 1941 par Charles et Édouard Lacroix qui en feront une fabrique de meubles.
1941
La municipalité du village compte 1 736 habitants et celle de la paroisse, 1 368.
1942
Mise en exploitation d'une usine de fabrication de meubles par la famille Baronet.
1947
(7 mai) Important débordement de la rivière Chaudière.
La compagnie John Breaky Limited effectue la dernière drave sur la rivière Chaudière.
1951
Mise en exploitation de la compagnie Produits Diamant fondée par les propriétaires de Pâtisserie Vachon ; cette compagnie est spécialisée dans les produits à base de fruits.
(5 avril) Important débordement de la rivière Chaudière.
1957
(20 au 21 décembre) Important débordement de la rivière Chaudière.
1958
La municipalité du village de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce devient municipalité de ville et abrège son nom en Sainte-Marie.
1961
La municipalité de Sainte-Marie compte 3 662 habitants et celle de la paroisse Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce, 1 938.
1967
Établissement des Soeurs oblates de Béthanie dans le monastère Notre-Dame-du-Rosaire.
1970
Inauguration de la polyvalente Benoît-Vachon.
1971
Acquisition de la biscuiterie Vachon par la compagnie Culinar.
Démolition du collège des Frères de la doctrine chrétienne pour faire place à la caisse populaire.
Inauguration de l'École polyvalente Benoît-Vachon.
1975
Démolition du couvent des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* pour faire place à la caserne des pompiers.
1978
(15 mai) Regroupement des municipalités de la paroisse et du village de Sainte-Marie.
1981
La population de Sainte-Marie est de 8 397 habitants.
1982
(19 avril) Important débordement de la rivière Chaudière.
1986
(30 mars) Important débordement de la rivière Chaudière.
1990
La population de Sainte-Marie est de 9 536 habitants.
1991
(7 au 15 avril) Important débordement de la rivière Chaudière.
1993
La compagnie Produits Diamant qui appartient à Culinar est vendue à la compagnie J. M. Smucker de Orrville (Ohio, USA).
2000
La population de Sainte-Marie est de 11 615 habitants.
2006
(6 mars) Après le rejet de son plan de relance par 50,2 % des membres du syndicat de ses employés de Sainte-Marie, la compagnie Bocenor (Fond de solidarité FTQ, 59 %, famille Woods, 30 %) annonce qu'elle cessera sa production le 1er juillet 2006, ses coûts ne lui permettant pas de soutenir la concurrence.
(10 mars) Les membres du syndicat de la compagnie Bocenor approuvent par un vote de 70 % des modifications à leur convention collective et la compagnie annonce qu'elle ne fermera pas son usine de Sainte-Marie, mais qu'elle y investira 1,4 million $ en immobilisation.
(20-21 octobre) Une pluie abondante (70 mm) s'abat sur la région de la Chaudière-Appalache au cours de la nuit, cause le débordement de la rivière Chaudière, de la rivière du Sud, de la rivière Bécancour et de leurs affluents et entraîne l'inondation de nombreuses maisons et bâtiments et l'évacuation de dizaines de résidants d'Armagh, Beauceville, Notre-Dame-des-Pins, Saint-Côme-de-Linière, Sainte-Marie, Saint-Georges, Saint-Joseph, Saint-Pierre-de-Broughton, Scott et Vallée-Jonction.
2007
(8 septembre, vers 3 h 50) Un incendie détruit le plus important centre de réception de truies de réforme et de porcs du Québec sur la route Kennedy ; les dommages sont évalués à quelques millions $.
(9 novembre) Le fabricant de meubles Baronet qui était en exploitation depuis 1942, se met sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies et annonce qu'il cesse sa production et met à pied ses 145 employés.
2010
La population de Sainte-Marie est de 12 240 habitants.
(25 mars) La compagnie J.M. Smucker (anciennement Produits Diamant-1951) annonce qu'elle fermera son usine de Sainte-Marie le 31 juillet 2013 et qu'elle mettra à pied sa centaine d'employés.
2014 (15 avril) Important débordement de la rivière Chaudière ; une trentaine de résidences doivent être évacuées.

Mariverains cités dans La Mémoire du Québec -

Richard Roche Alleyn, Lionel Audet, Louis-Philippe Audet, Marius Barbeau, Clément Fecteau, Louis-Philippe Ferland, Philippe Ferland, Joseph-Hugues Fortier, Édouard Lacroix, Wilfrid Laliberté, Denys Sylvain, Elzéar-Alexandre Taschereau, Gabriel-Elzéar Taschereau, Henri-Elzéar Taschereau, Jean-Thomas Taschereau, Joseph-André Taschereau, Pierre-Elzéar Taschereau, Roméo Vachon.

  • Attraits :


Chapelle processionnelle (seigneuriale) Sainte-Anne (1892) ; érigée sur le site de celle de 1778 à l'entrée de la municipalité ; plans de Georges-Émile Tanguay ; statue miraculeuse de sainte Anne (XVIIIe siècle) ; ex-voto d'Antoine Plamondon ; orgue Casavant (1904).
Économusée de la bijouterie et joaillerie chez Le Forgeron D'or ; 387, rue Marguerite-Bourgeois.
Église Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (1851-1859) ; avenue Marguerite-Bourgeoys ; style néogothique ; plans de Charles-Philippe-Ferdinand Baillairgé ; décoration intérieure (1887) par François-Édouard Meloche ; orgue Casavant (1916).
Maison Dupuis (1892) ; 640, rue Notre-Dame Sud ; loge le Musée des pionniers de l'aviation, le premier centre d'interprétation d'expression française en Amérique du Nord sur les pionniers de l'air et particulièrement de l'aviation civile au Canada ; contient une réplique d'un Sopwith Camel datant de 1917 et qui a été prêtée pour le tournage du film américain The Aviator mettant en vedette Leonardo DiCaprio.
Maison Pierre-Lacroix (1820-1830) ; 552, rue Notre-Dame Nord ; construite par le forgeron Pierre Lacroix ; classée monument historique en 1978, elle est la seule demeure en pierres des champs encore debout en Beauce en 2009.
Maison Joseph-Arcade-Vachon ; 383, rue de la Coopérative ; restaurée en 1923 ; Centre d'interprétation aménagé dans l'ancienne résidence familiale de Joseph-Arcade Vachon et de son épouse Rose-Anna Giroux ; classée monument historique.
Manoir Taschereau (1809-1811) ; 730, rue Notre-Dame Nord ; style néoclassique ; construit pour Jean-Thomas Taschereau ; transformé en auberge (bed and breakfast) en 1999 par Myriam Taschereau, une descendante du premier seigneur ; la chapelle Sainte-Anne adjacente (1891) possède une peinture d'Antoine Plamondon et un orgue Casavant à 36 tuyaux peints à la main ; maison natale du cardinal Elzéar-Alexandre Taschereau ; classé monument historique en 1978.

  • Accueil - Hôtel-Motel La Différence. Motel Invitation. Manoir Taschereau. Gîte Niapisca. Gîte Mamie-Line.


  • Sports -


Équitation.
Golf.

  • Économie -


Fabrique de baignoires MAAX.
Fabrique de portes et fenêtres Bocenor.
Petite et moyenne industrie.
Scierie de la compagnie Domtar (67 employés).

  • Toponymie -


Nouvelle-Beauce est le nom donné à la région qui s'étend le long de la rivière Chaudière, du Saint-Laurent jusqu'à la frontière des États-Unis ; il évoque une plaine limoneuse du bassin parisien, entre Chartres et la forêt d'Orléans, appelée Beauce.
Sainte-Marie rappelle le souvenir de Marie-Claire Fleury de La Gorgendière (1708-1797), épouse de Thomas-Jacques Taschereau, premier seigneur de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce.

  • Repères géographiques -


Sur le versant droit du bassin du Saint-Laurent.
Au nord-ouest de Saint-Georges, sur la rivière Chaudière.
Diocèse de Québec.
Division administrative seigneuriale de Québec-DASQ.
Municipalité régionale de comté de La Nouvelle-Beauce (siège social).
Région touristique de la Chaudière-Appalaches.

  • Accès : Route 173 ou Autoroute 73 x Route 216.

Carte 6.

Carte 6 sur Google Maps

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)