Québec (province). Scandales. Affaire Arthur Porter /Centre universitaire de santé McGill-CUSM

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Selon son curriculum vitae, Arthur Porter est un médecin et gestionnaire né en Sierra Leone.

Études à la Cambridge University (médecine et maîtrise en sciences naturelles), à l'University of Tennessee (maîtrise en administration des affaires, à la Harvard University (certificat de management en santé) et à l'University of Toronto (certificat de management en santé du Physicians Management Program).
Membre à vie du Conseil privé de la Reine pour le Canada embauché comme expert par la Banque mondiale et l'Organisation mondiale de la santé.
Président directeur général du Detroit Medical Center, un des plus importants établissements hospitaliers des États-Unis.
Arthur Porter dirige Calone Mining, une filliale de Golden Valley, entreprise de prospection dans le Sierra Leone à l'aide de son père et d'autres mineurs.
Membre du Comité de surveillance des activités de renseignement, l'organisme civil qui vérifie le travail des espions canadiens.
Conseiller du président de la Sierra Leone (2009-) et ambassadeur plénipotentiaire de la Sierra Leone au Canada.

  • Éphémérides-


En 1997, avec deux associés, Porter emprunte 5,3 millions $ pour ouvrir le Bay Area Regional Cancer Center à Pinole, Californie. Dès les premiers mois, les partenaires ont commencé à faire défaut de paiements mensuels de 18 281 $ .
En avril 2003, un prêteur qui réclamait 5,3 M $ du Bay Area Cancer Center réclame le remboursement de son prêt directement à Monsieur Porter ; Monsieur Porter rembourse une partie de la dette, mais il reste un débit de 3,6 M $. En 2008, les deux parties s'entendent pour mettre fin au processus judiciaire.
En septembre 2003, ayant constaté que le Detroit Medical Center était farci de conflits d'intérêts et perdait des millions $ chaque année, l'État du Michigan institue une commission de surveillance des dépenses des hôpitaux privés. Le Detroit Medical Center qui avait comme membre de son conseil d'administration le président de la société-mère de Care Tech Solution, devient actionnaire à 35 % de Care Tech Solution ; le Dr Porter et l'un de ses associés, Donald Ragan, sont nommés au conseil d'administration de Care Tech Solution.
Le 30 septembre 2003, Porter quitte la direction du Detroit Medical Center, l'un des plus importants établissements hospitaliers des États-Unis regroupant 9 hôpitaux. Le centre hospitalier perdait des millions $ chaque année ; l'un des éléments de la perte a été un gigantesque contrat informatique d'une valeur d'un milliard $ sur 10 ans accordé par le Detroit Medical Center à la firme Care-Tech Solutions.
Jusqu'en 2004, le Dr Porter est président directeur général du Detroit Medical Center, un des plus importants établissements hospitaliers des États-Unis regroupant 9 hôpitaux. Le centre hospitalier perdait des millions $ chaque année ; l'un des éléments de la perte a été le gigantesque contrat informatique d'une valeur d'un milliard $ sur 10 ans accordé par le Detroit Medical Center à la firme Care-Tech Solutions.
Le 30 janvier 2004, Arthur Porter est nommé chef de l'exécutif et directeur du Centre Universitaire de santé McGill avec mandat de débloquer le projet de construction du Centre Universitaire de Santé McGill malgré que le comité chargé de recruter un nouveau directeur ait demandé que la candidature de Porter soit rejetée, car il risquait d'attirer des ennuis à l'établissement ; le comité de recrutement était présidé par Eric Maldoff, président fondateur d'Alliance Québec. David Culver, ex-président de la compagnie Alcan, était alors président du conseil d'administration du McGill University Health Center.
En octobre 2004, la Cour donne raison au prêteur de 2003 et ce jugement est confirmé en 2007 par une cour d'appel. Le Dr Porter a remboursé une partie de la dette, mais le prêteur a dû réclamer le résidu (3,6 millions $ devant un tribunal de Montréal où le Dr Porter avait alors déménagé. Les deux parties conviendront de suspendre leurs démarches juridiques.
En 2005, Arthur Porter, Jean Charest et Philippe Couillard se rendent à Baltimore, États-Unis, afin de persuader les Shriners de conserver à Montréal leur centre d'orthopédie pédiatrique.
Le 27 juin 2007, le McGill University Health Center/Centre universitaire de santé McGill fait un appel d'offres pour la construction d'un hôpital qui remplacera ses établissements de l'avenue des Pins.
En 2008, la McGill University prête à Porter un demi million $ au taux de 1 %/an garanti par une hypothèque sur un de ses appartements du centre-ville de Montréal.
Le 4 septembre 2008, le premier ministre Stephen Harper nomme Arthur Porter au Comité de révision des activités du Service canadien de renseignements et Porter est nommé membre du Conseil privé de la Reine du Canada-CP.
En 2009, Porter devient conseiller du président de Sierra Leone, son pays natal et ambassadeur plénipotentiaire de ce pays au Canada
Le 15 juin 2009, Arthur Porter et Philippe Couillard sont nommés membres du conseil d'administration de la compagnie Golden Valley qui obtient un permis d'exploration à la recherche d'or et de diamants sur un vaste territoire de Sierra Leone, un pays considéré comme étant parmi les plus pauvres du monde ; Golden Valley confie l'exploration à sa filiale Calone Mining dirigée par Arthur Porter et son père. En 3 ans, Golden Valley a injecté plus de 900 000 $ dans l'aventure ouest-africaine, puis a mis en vente sa filiale Calone Mining qui était sans valeur.
Au milieu de juillet 2009, Pamela Porter ouvre un compte au nom d'une nouvelle compagnie appelée Regent, Hamilton, Lumley & Associates Ltd à la demande de son mari Arthur Porter ; cette compagnie était une coquille vide qui reçevra 9,92 millions $ transférés du compte de Sierra Asset Mnagement entre mai 2010 et février 2012 ; Pamela Porter est l'unique personne qui aurait transféré ou autorisé des transferts d'argent du compte de Regent, Hamilton, Lumley & Associates. Madame Porter a effectué 6 retraits totalisant 61 000 $US de ce compte. Madame Porter aurait également autorisé des transferts d'argent pour l'achat de propriétés.
Le 16 novembre 2009, la compagnie Sierra Asset Management est incorporée aux Bahamas.
En avril 2010, Groupe immobilier santé McGill (SNC-Lavalin et autres) obtient le contrat de construction du McGill University Health Center.
Le 15 juillet 2010, le McGill University Health Center-MUHC et la firme SNC-Lavalin signent une entente d'un partenariat public-privé avec un budget de 1,34 milliard $ pour construire un centre hospitalier et achète secrètement un immeuble résidentiel du promoteur immobilier Vincent Chiara, au 1750, avenue Cedar ; le bâtiment de 4 étages devait être transformé en annexe du Montreal General Hospital voisin, mais le Centre universitaire de santé McGill n'a jamais pu obtenir les autorisations nécessaires au changement de zonage requis pour cette transformation ; le Centre universitaire de santé McGill s'est retrouvé avec un immeuble inutilisable.
En 2011, Ari Ben Menashe, un lobbyiste installé à Montréal, qui a été un agent israélien avant de représenter le gouvernement russe et a été mêlé à des histoires de trafic d'armes .
En 2011, Porter aurait donné 200 000 $ à un lobbyiste appelé Ari Ben Menashe afin que celui-ci l'aide à obtenir des millions $ d'investissements russes pour une entreprise de Porter en Afrique. Lorsque le National Post révèle les tractations de Porter avec Ari Ben Menashe, Porter démissionne du Comité de surveillance des activités de renseignement, l'organisme civil qui vérifie le travail des espions canadiens.

En mai 2011, Les autorités suisses lancent une enquête à la suite d'allégations que Riadh Ben Aïssa, un vice-président de SNC-Lavalin est impliqué dans la corruption, la fraude et le blanchiment d'argent en Afrique du Nord.
En février 2011, des gérants de la CBH Bank rencontrent Pamela Porter au sujet du compte bancaire de sa compagnie Regent Hamilton Lumley & Associates pour l'informer qu'ils considéraient comme problématiques les transferts effectuées dans ce compte par la compagnie Sierra Assset Management une compagnie coquille appartenant à son mari et par lequel passaient les pots-de-vin. Les gérants voulaient rencontrer son mari pour en discuter. Pamela Porter aurait alors décidé de ne pas tenir compte de ces avis et de croire son mari. Elle a autorisé plusieurs transactions à partir du compte de la compagnie Regent Hamilton Lunley & Associates, décision qui sera plus tard jugée comme de l'aveuglement volontaire ; Madame Porter était un pion dans la fraude de 22,5 millions $ impliquant d'ex-cadres de SNC-Lavalin et du Centre universitaire de santé McGill-CUSM.
En octobre 2011, le Dr Porter s'engage à garantir toutes les obligations financières d'une société médicale privée appartenant à son ancien bras droit, Yanaï Elbaz qui venait de quitter le Centre univesitaire de santé McGill-CUSM pour devenir consultant. L'entente qui n'aurait jamais été ratifiée, prévoyait qu'Elbaz recevrait 425 000 $ pour trouver des occasions d'affaires à l'étranger. Yanaï Elbaz poursuit le Centre universitaire de santé McGill et l'entreprise qui refusent d'acquitter la facture.
Le 5 décembre 2011, Porter quitte précipitamment ses fonctions au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité avant la fin de son contrat et va s'installer à Nassau alors que des questions se posent sur ses activités d'affaires privées qui occuperaient une importante partie de son temps.
Selon le quotidien montréalais The Gazette, le Centre universitaire de santé McGill-CUSM dirigé par le docteur Porter a acheté secrètement un immeuble résidentiel du promoteur immobilier Vincent Chiara au 1750 Avenue Cedar en vue de le transformer en annexe de l'Hôpital général de Montréal ; Le Centre universitaire de santé McGill n'a jamais pu obtenir les amendements nécessaires au règlement de zonage de cette surface et le bâtiment est resté dans l'état inutilisable où il était lorsque Porter l'avait acheté. La McGill University poursuit le docteur Porter pour la somme de 317 000 $ dont elle prétend que Porter l'a flouée ainsi que le salaire qu'elle lui a versé comme professeur à la faculté de Médecine et celui qu'elle lui versé comme directeur du Centre universitaire de santé McGill ; l'université prétend qu'elle lui a versé ces salaires par erreur, pendant plusieurs mois après sa démission.
Porter est conseiller du président du Sierra Leone (2009-) et ambassadeur plénipotentiaire de la Sierra Leone au Canada.
En 2011, Porter aurait donné 200 000 $ à un lobbyiste appelé Ari Ben Menashe afin que celui-ci l'aide à obtenir des millions $ d'investissements russes pour une entreprise de Porter en Afrique.
Lorsque le National Post révèle les tractations de Porter avec Ari Ben Menashe, Porter démissionne du Comité de surveillance des activités de renseignement, l'organisme civil nommé par le Gouvernement du Canada pour vérifier le travail des espions canadiens.
En juin 2012, la compagnie Golden Valley met en vente sa filiale d'exploration Calone Mining.
En février 2012, SNC-Lavalin annonce que Ben Aïssa n'est plus à son emploi.
Le 26 mars 2012, SNC-Lavalin publie les résultats d'une enquête interne qui démontre que des membres de l'exécutif qu'elle ne nomme pas, ont effectués des paiements non autorisés de 56 millions $. L'un de ces paiements au montant est de 22,5 millions $. Il sera plus tard établi que ce paiement a été fait en relation avec l'obtention du contrat de construction du McGill University Health Center. SNC-Lavalin communique ce résultat à la police. Le chef de l'exécutif de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime quitte son poste.
Le 12 avril 2012, après avoir produit un affidavit de 59 pages, la police exécute un mandat de perquisition au siège social de la firme SNC-Lavalin à Montréal ; l'affidavit allègue que Ben Aïssa a détourné 160 millions $ en pots-de-vin à Saadi Gadhafi, l'un des fils du dictateur Libyen pour obtenir des contrats d'ingénierie en Libye.
Le 4 septembre 2012, lors d'une descente au Centre universitaire de santé McGill-MUHC, la police saisit des documents appartenant à Porter et à d'autres membres de l'exécutif de l'hôpital.
En octobre 2012, L'Américain Robert Card prend la direction de SNC-Lavalin.
Le 9 novembre 2012, L'Université McGill poursuit Porter pour plus de 285 000 $ pour n'avoir pas totalement remboursé le prêt à bas intérêt qu'elle lui avait consenti en 2008.
Le 18 décembre 2012, un rapport au gouvernement révèle la gestion douteuse des fonds du Centre universitaire de santé McGill lorsque Porter était directeur de son réseau d'hôpitaux ; parmi les constations du rapport, le Centre universitaire de santé McGill aurait, entre 2009 et 2012, payé à son personnel 30 millions $ en fonds non approuvés.
Le 22 décembre 2012, La Presse rapporte que le condominium de Porter à Montréal est mis en vente au prix de 1,6 million $.
2013
Le 9 janvier 2013, Porter annonce qu'il est atteint d'un cancer du poumon en phase 4 et qu'il subit des traitements de chimiothérapie et radiothérapie.
Le 25 janvier 2013, un juge ordonne à Porter de payer plus de 252 000 $ à l'Université McGill pour le remboursement du prêt et pour du salaire payé en trop.
Le 27 février 2013, l'Unité permanente anti-corruption-UPAC fait émettre des mandats d'arrestation contre Porter et 4 membres de l'exécutif de SNC-Lavalin (Pierre Duhaime, Yanaï Elbaz, Riadh Ben Aïssa, Jeremy Morris) qu'elle accuse de fraude, complot, d'abus de confiance, d'avoir accepté des commissions secrètes et de blanchiment d'argent à l'occasion du contrat de construction du McGill University Health Center dans la cour Glenn de Montréal ; Ben Aïssa est détenu en Suisse sous une accusation de complot criminel en lien avec des travaux de SNC-Lavalin.
Le 12 mars 2013, Jeremy Morris comparait en Cour supérieure et recouvre sa liberté sous un cautionnement de 75 000 $
Le 26 septembre 2013, le quotidien La Presse révèle que le Dr Porter a utilisé les ressources du réseau de la santé pour des transactions importantes pour sa famille et pour lui. Un avocat du Centre universitaire de santé McGill-CUSM a préparé une procuration légale afin que l'adjointe de Porter puisse réaliser des transactions immobilières personnelles pour lui.
Après le départ de Porter du Centre universitaire de santé McGill, sa secrétaire, toujours au service du Centre universitaire de santé McGill a vendu pour lui une propriété et acheté un condo à Ville Mont-Royal.
L'escouade Marteau exécute des mandats de perquisition au Centre universitaire de santé McGill et à Infrastructure Québec soupçonnant Riadh Ben Aïssa, un cadre de la firme SNC-Lavalin-Inesfree, d'avoir versé des paiements douteux de 22,5 M $ pour l'obtention du contrat pour la construction du nouveau Centre universitaire de santé McGill qui sera construit dans l'ancienne cour de triage Glenn à Montréal. (La Presse, 19 octobre 2012, page A15)
En avril 2013, à cause d'allégations d'inconduite au Bangladesh et au Cambodge, la Banque mondiale interdit pour une période de 10 ans à une filiale de SNC-Lavalin de réaliser les projets financés par la Banque mondiale.
Le 27 mai 2013, Porter et son épouse, Pamela Mattock Porter, sont arrêtés par Interpol à Panama et les procédures d'extradition sont engagées par le gouvernement du Canada qui souhaite les accuser d'abus de confiance, de fraude, de complot et de recyclage des produits de la criminalité. Porter, détenu dans une cellule avec un autre détenu, ne conteste pas immédiatement son extradition, mais sur les conseils de son nouvel avocat, il se ravise et conteste son extradition le 30 mai 2013
Le 13 juin 2013, Pamela Porter est extradée vers le Canada et arrive par avion à Toronto accompagnée par des agents de la Sûreté du Québec-SQ ; de là, elle est transportée en auto vers Montréal où elle est incarcérée.
Le 9 novembre 2013, La Presse rapporte que, selon Revenu Québec, Yanaï Elbaz aurait engrangé 2,5 millions $ en revenus non déclarés entre 2006 et 2011 ; Revenu Québec lui réclame 1,1 million $ en impôts impayés pulus intérêts. Elbaz devrait la même somme à Revenu Canada ; selon les documents de cour, Elbaz serait en train de liquider tous ses actifs et de transférer le produit en Israël avec l'intention de se soustraire au paiement de ses dettes aux fiscs canadiens. Il aurait déjà envoyé 55 000 $ en passant par une caisse populaire vers la Banque Hapoalim basée dans l'État hébreu. Lors de son divorce en 2012, il aurait transféré d'importantes sommes d'argent à son ex épouse, mais curieusement, Elbaz et son ex épouse ont voyagé ensemble à 4 reprises soit en avril 2012, en octobre 2012, en décembre 2012 et en février 2013.
»
Le 26 mars 2012, SNC-Lavalin rapporte les résultats d'une enquête interne qui démontrent un paiement non motivé de 22,5 millions $. SNC-Lavalin communique ce résultat à la police.
En juin 2012, la compagnie Golden Valley met en vente sa filiale d'exploration Calone Mining.
Le 4 septembre 2012, lors d'une descente au Centre universitaire de santé McGill-MUHC, la police saisit des documents appartenant à Porter et à d'autres membres de l'exécutif de l'hôpital.
Le 9 novembre 2012, L'Université McGill poursuit Porter pour plus de 285 000 $ pour n'avoir pas totalement remboursé le prêt à bas intérêt qu'elle lui avait consenti en 2008.
Le 18 décembre 2012, Un rapport au gouvernement découvre la gestion douteuse des fonds du Centre universitaire de santé McGill lorsque Porter était directeur du réseau d'hôpitaux du Centre universitaire de santé McGill ; parmi les constations du rapport, le Centre universitaire de santé McGill aurait payé son personnel 30 M $ en fonds non approuvés entre 2009 et 2012.
Le 22 décembre 2012, La Presse rapporte que le condominium de Porter à Montréal est mis en vente au prix de 1,6 million $.
Le 9 janvier 2013, Porter annonce qu'il est atteint d'un cancer du poumon en phase 4 et qu'il subit des traitements de chimiothérapie et radiothérapie.
Le 25 janvier 2013, un juge ordonne à Porter de rembourser plus de 252 000 $ à l'Université McGill pour le remboursement du prêt et pour du salaire payé en trop.
Le 27 février 2013, l'escouade anti-corruption fait émettre des mandats d'arrestation contre Porter et 4 membres de l'exécutif de SNC-Lavalin (Pierre Duhaime, Yanaï Elbaz, Riadh Ben Aissa, Jeremy Morris) qu'elle accuse de fraude, complot, abus de confiance, d,avoir accepté des commissions secrètes et de blanchiment d'argent à l'occasion du contrat de construction du McGill University Health Center dans la cour Glenn de Montréal ; Ben Aïssa est détenu en Suisse sous une accusation de complot criminel en rien avec des travaux de SNC-Lavalin.
Le 12 mars 2013, Jeremy Morris comparait en Cour supérieure et recouvre sa liberté sous un cautionnement de 75 000 $
Le 26 septembre 2013, le quotidien La Presse révèle que le Dr Porter a utilisé les ressources du réseau de la santé pour des transactions importantes pour sa famille et pour lui. Un avocat du Centre universitaire de santé McGill-CUSM a préparé une procuration légale afin que l'adjointe de Porter puisse réaliser des transactions immobilières personnelles pour lui.
Après le départ de Porter du CUSM, sa secrétaire, toujours au service du Centre universitaire de santé McGill a vendu pour lui une propriété et acheté un condo à Ville Mont-Royal.
L'escouade Marteau exécute des mandats de perquisition au Centre universitaire de santé McGill et à Infrastructure Québec soupçonnant Riadh Ben Aïssa, un cadre de la firme SNC-Lavalin-Inesfree, d'avoir versé des paiements douteux de 22,5 M $ pour l'obtention du contrat pour le nouveau Centre universitaire de santé McGill qui sera construit dans l'ancienne cour de triage Glenn à Montréal. (La Presse, 19 octobre 2012, page A15)
Le 27 mai 2013, Porter et son épouse, Pamela Mattock Porter, sont arrêtés par Interpol à Panama et les procédures d'extradition sont engagées par le gouvernement du Canada qui souhaite les accuser d'abus de confiance, de fraude, de complot et de recyclage des produits de la criminalité. Porter, détenu dans une cellule avec un autre détenu, ne conteste pas immédiatement son extradition, mais sur les conseils de son nouvel avocat, il se ravise et conteste son extradition le 30 mai
Le 13 juin 2013, Pamela Porter est extradée vers le Canada et arrive par avion à Toronto accompagnée par des agents de la Sûreté du Québec-SQ ; de là elle est transportée en auto vers Montréal où elle est incarcérée.
Le 3 juillet 2013, dux agents de l,Unité permanente Anti Corrruption-UPAC se rendent à Panama et déclarent y avoir identifié positivement le corps de Porter ; et, pour éliminer tout doute, les empreinte digitale du cadavre ainsi que des échantillons d'ADN ont été prélevés sur le corps de Porter.
Le 9 novembre 2013, La Presse rapporte que, selon Revenu Québec, Yanaï Elbaz aurait engrangé 2,5 millions $ en revenus non déclarés entre 2006 et 2011 ; Revenu Québec lui réclame 1,1 million $ en impôts impayés et intérêts. Elbaz doit la même somme à Revenu Canada ; selon les documents de cour, Elbaz serait en train de liquider tous ses actifs et les transférer en Israël avec l'intention de se soustraire au paiement de ses dettes aux fiscs canadiens. Il aurait déjà envoyé 55 000 $ en passant par une caisse populaire vers la Banque Hapoalim basée dans l'État hébreu. Lors de son divorce en 2012, il aurait transféré d'importantes sommes d'argent à son ex épouse ; Elbaz et son ex épouse ont voyagé ensemble à 4 reprises soit en avril 2012, en octobre 2012, en décembre 2012 et en février 2013.

2014
Le 10 mars 2014, la direction de la Toronto University confirme par écrit que Porter avait menti au sujet du certificat qui aurait émané de cette université.
En mai 2014, il est révélé que Porter s'était fait payer la location d'une automobile Bentley par le McGill University Health Center, il recevait jusque-là une allocation mensuelle de 1 465 $ pour une voiture Mercedez ; cette allocation mensuelle est montée à 1 708 $ pour la Bentley. ; cet dépense avait été accepté par le sénateur David Angus alors président du conseil d'administration du MUHC le conseil d'adminitration qui n'en a pas été mis au courant ; au départ précipité de Porter, la Bentley a été saisie par le Conseil et remise au concessionnaire.
Le 8 mai 2014, L'UPAC obtient un mandat d'arrêt contre St.Clair Martin Armitage, un consultant britannique en matière de partenariats publics-privés.
Le 17 juin 2014, St.Clair Martin Armitage se rend à l'Unité permanente anticorruption ; il était recherché dans le cadre de l'enquête sur la fraude ayant mené à l'obtention du contrat de construction du Centre universitaire de santé McGill-MUHC ; il doit répondre aux accusations de complot, fraude et abus de confiance alors qu'il était employé du McGill-MUHC dans l'affaire du pot-de-vin de 22,5 millions versés par SNC-Lavalin pour obtenir le contrat de construction du MUHC ; sur le même sujet, Pierre Duhaime, Yanaï Elbaz, ex bras droit d'Arthur Porter, Jeremy Morris et Pamela Porter, l'épouse d'Arthur Porter sont également arrêtés à Montréal alors qu'Arthur Porter et Ryad Ben Aïssa sont arrêtés à l'étranger en vertu d'un mandat international et sont l'objet de demandes d'extradition vers le Canada. Arthur Porter a refusé et il est demeuré incarcéré ; il a invoqué son statut diplomatique comme représentant du Sierra Leone mais le Sierra Leonea nié que Porter avait ce statut.
Le 8 août 2014, Porter est blessé lors d'un soulèvement des prisonniers dans l'unité cellulaire 6 de la prison La Joya, Panama où il est détenu en attendant la fin des procédures d'extradition initiées par le Gouvernement canadien ; la famille de Porter rappelle qu'il est atteint d'un cancer du poumon rendu au stade IV.
Le 5 septembre 2014, L'Unité permanante anti corruption annonce qu'elle a fait bloquer les 250 000 $ déposés en cautionnement par madame Pamela Porter ; l'UPAC prétend qu'une partie de cet argent provenait des pots-de-vin remis à son mari. Pamela porter est de nouveau arrêtée et sera détenue jusqu'à ses procès dont l'un pour complot et l'autre pour recyclage de produits de la criminalité ; Porter affirme que son épouse est innocente et n'a rien eu à faire avec ses affaires financières.
Le 10 septembre 2014, Stéphane Roy, ex vice-président aux finance de la division construction de SNC-Lavalin est arrêté et accusé de corruption en lien avec le contrat de construction du Centre universitaire de santé Mc Gill ; il est la neuvième personne appréhendée en lien avec le complot.
Le 12 novembre 2014, La Presse révèle qu'une enquête de la Sûreté du Québec a démontré que l'University of Toronto n'avait eu aucun étudiant du nom d'Arthur Porter qui aurait obtenu chez elle un certificat de management en santé et que le Physicians Management Program n'existait pas de toute façon.
Le 18 décembre 2014, Pamela Porter reconnaît sa culpabilité à deux accusations de recyclage de produits de la criminalité (avoir transféré 9 millions $ d'un compte bancaire de la compagnie Regent Hamilton Lumley $ Associates des Bahamas pour payer le prix d'acquisition d'un certain nombre de propriétés. En plaidant coupable, Madame Porter a consenti à la confiscation de huit propriétés (dont sept à l'étranger) d'une valeur de 5,1 millions $ et d'un peu plus de 300 000 $ dans des comptes bancaires.
Elle est condamnée à 33 mois de prison plus un an de probation et 240 heures de travaux communautaires à effectuer à sa sortie de prison ; compte tenu du temps passé en détention préventive, Pamela Porter a encore 24 mois moins un jour de prison à purger. Pamela Porter possède la nationalité canadienne, britannique, américaine et Sierra leonienne.
Le 5 septembre 2014, L'Unité permanante anti corruption annonce qu'elle a fait bloquer les 250 000 $ déposés en cautionnement par madame Pamela Porter ; l'UPAC prétend qu'une partie de cet argent provenait des pots-de-vin remis à son mari. Pamela porter est de nouveau arrêtée et sera détenue jusqu'à ses procès dont l'un pour complot et l'autre pour recyclage de produits de la criminalité ; Porter affirme que son épouse est innocente et n'a rien eu à faire avec ses affaires financières.
Le 10 septembre 2014, Stéphane Roy, ex vice-président aux finance de la division construction de SNC-Lavalin est arrêté et accusé de corruption en lien avec le contrat de construction du Centre universitaire de santé Mc Gill ; il est la neuvième personne appréhendée en lien avec le complot.
Le 12 novembre 2014, La Presse révèle qu'une enquête de la Sûreté du Québec a démontré que l'University of Toronto n'avait eu aucun étudiant du nom d'Arthur Porter qui aurait obtenu chez elle un certificat de management en santé et que le Physicians Management Program n'existait pas de toute façon.
Le 18 décembre 2014, Pamela Porter reconnaît sa culpabilité à deux accusations de recyclage de produits de la criminalité (avoir transféré 9 millions $ d'un compte bancaire de la compagnie Regent Hamilton Lumley $ Associates des Bahamas pour payer le prix d'acquisition d'un certain nombre de propriétés. Elle est condamnée à 33 mois de prison plus un an de probation et 240 heures de travaux communautaires à effectuer à sa sortie de prison ; compte tenu du temps passé en détention préventive, Pamela Porter a encore 24 mois moins un jour de prison à purger. Pamela Porter possède la nationalité canadienne, britannique, américaine et Sierra Leonienne. Elle utilisait une carte de crédit liée au compte de la compagnie Regent Hamilton Lumley & Asssociates pour ses dépenses. Elle a été avisée du mandat d'arrêt contre l'individu à qui elle servait de prête-nom, mais elle a continué à effectuer de multiples opérations financières avec les millions qui provenaient de SNC-Lavalin.

2015

(18 janvier) Le Canada obtient que Porter soit extradé au Canada pur y subir son procès.
(28 février 2015) Le Nouveau Parti Démocratique du Canada-NDPC demande que Porter soit dépouillé de son titre de membre du Conseil privé de la Reine du Canada.
(12 avril 2015) Porter est toujours détenu dans une prison du Panama et est toujours membre du Conseil privé de la Reine.
(30 juin 2015) Décès d'Arthur Porter. Des enquêteurs de l'UPAC vont confirmer sur place le décès de Porter.
2017
(4 juin 2017) L'Unité permanente anti corruption-UPAC est toujours en attente d'un certificat de décès officiel de Porter émis par le gouvernement de Panama, mais L'UPAC se dit satisfaite de l'identification visuelle du cadavre de Porter pour confirmer le décès de celui-ci. D'autre part, Les autorités du Québec ont pu récupérer jusque là 17,5 millions $ des 22,5 millions $ ; il reste donc 5 millions $ toujours manquants. L'UPAC se dit déterminée à ne pas fermer le dossier Porter avant d'avoir reçu ce certificat ; selon son habitude, la SQ ne ferme pas un dossier avant d'avoir la preuve de décès. Les autorités panaméennes ne semblent pas pressées de remettre le certificat de décès à la SQ ; son procès continue donc en même temps que ses co-accusés.

  • Publications-


The Man Behind The Bow Tie: Arthur Porter on Business, Politics and Intrigue (2014)
The Gazette 11 septembre 2014, page A7. Le Devoir, 21 décembre 2014, page A3 et 5 juin 2017, page 1)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)