Provost (Diane)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Femme de loi (notaire). Nommée en 2003 par la Ville de Montréal au Conseil d'administration du Port de Montréal, elle est révoquée en 2007 par le maire Gérald Tremblay et le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino pour avoir refusé de les rencontrer pour discuter de son rôle au Port de Montréal.

Le 19 avril 2011, une émission de Radio-Canada fait entendre une conversation datée de 2007 entre M. Tony Accurso et M. Bernard Poulin au cours de laquelle les deux hommes discutent de la façon de faire nommer l'ex directeur général de la Ville de Montréal, Robert Abdallah, au conseil d'administration du Port de Montréal ; ils estimaient qu'il pouvaient faire passer leur message par Léo Housakos, un collecteur de fonds pour le Parti conservateur du Canada qui le passerait à son tour à Dimitri Soudas, l'homme de confiance du premier ministre Stephen Harper au Québec.
Lorsque Dominic Taddeo a annoncé qu'il prenait sa retraite comme PDG du Port de Montréal, un comité formé de Jeremy Bolger, Diane Provost et Marc Bruneau a étudié les candidatures pour le remplacer ; au printemps 2007, les membres du comité de sélection dont l'indépendance est garantie par la loi ont été convoqués au restaurant Le Muscadin de Montréal par Dimitri Sousa qui leur aurait clairement dit que Robert Abdallah était le choix du gouvernement fédéral ; Claude Dauphin, au nom de Frank Zampino, aurait demandé à Diane Provost de voter pour Abdallah sous peine de perdre son poste ; effectivement, Mme Provost fut démise de cette fonction, mais la Cour supérieure du Québec a ordonné sa réintégration ; Abdallah n'a finalement pas été nommé.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)