Poule Chantecler (définition)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • En 1904, Le frère Wilfrid Chatelain est nommé régisseur de la basse-cour à l'Institut agricole d'Oka dirigé par les trappistes. Pendant une dizaine d'années, il effectua de judicieux croisements des 5 meilleures races de volailles américaines et européennes (coq de Cornouaille foncé, poule Leghorn blanche, coq Rhode Island rouge, poule Wyandotte blanche et la Plymouth Rock) et obtint en 1918 une race exceptionnelle qu'il appela Chantecler ; cette race, conçue pour résister au dur climat des hivers canadiens (elle continue à pondre pendant les courtes journées l'hiver et peut sortir dehors en tout temps), est reconnue mondialement en 1921.

Cependant, la croissance à maturité de la poule Chantecler prend de 5 à 6 mois alors que celle de ses congénères industriels produits par les laboratoires des entreprises du type Monsanto n'en prend que 39 jours ; or, des frais de 500 $ par an par m2 de poulailler sont exigés des éleveurs pour qu'ils aient le droit de produire et ils sont de plus obligés de faire abattre leurs oiseaux dans un abattoir reconnu ; cette mesure, qui vise à contrôler l'offre et à maintenir le prix de cette viande et des oeufs, est établie sur la base des besoins d'un poulet industriel ; ce qui rendait la poule Chantecler moins rentable pour les aviculteurs pressés et nuisait à la prolifération qu'elle aurait dû connaître.
En 1979, on a même craint qu'elle disparaisse des poulaillers québécois.
Ce n'est qu'en 2008, après des années d'indifférence, que les règles contraignantes auxquelles les producteurs d'oeufs et de poulets sont assujettis furent levées pour permettre la production et la mise en marché de la Chantecler et de ses produits.
Le 25 septembre 2009, une entente a été signée entre, d'une part, la Fédération des races patrimoniales du Québec et, d'autre part, le Syndicat des éleveurs de volailles, la Fédération des producteurs d'oeufs de consommation et la Fédération des producteurs d'oeufs d'incubation ; cette entente prévoyait que l'élevage des oiseaux de race Chantecler «s'appuiera sur un certificat d'authenticité de la race et la production d'oeufs et de chair sera sous appellation contrôlée» ;
À compter de 2009, à la suite de cette entente, 10 éleveurs du Québec ont été sélectionnés pour entreprendre de sauver cette race galline québécoise ; chaque producteur sélectionné recevra 30 000 oeufs incubés pour faire des poussins, 150 poules reproductrices, 500 pondeuses et 15 coqs, et il aura le droit de produire 42 000 kg de chair annuellement ; selon des experts, pour que l'opération soit réussie, la population de Chantecler devra atteindre le seuil de 30 000 têtes.
Cette poule conçue au Québec est comparable au fameux poulet de Bresse (France) connu et apprécié par les fins gourmets du monde.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)