Morelle (Denise)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 17 juillet 1984, la comédienne, Denise Morelle, 57 ans, est violée et battue à mort dans un logement de la rue Sanguinet à Montréal qu'elle visitait dans le but de le louer ; comme elle ne s'était pas rendue à une représentation à laquelle elle devait participer au Théâtre de Sainte-Adèle, ses compagnons ont signalé sa disparition le lendemain à la police de Montréal qui a découvert le cadavre affreusement mutilé de la comédienne ; elle avait été violée, battue (fracture du crâne, du nez et des côtes) brûlée au fer rouge sur le corps et même à l'intérieur du vagin, puis étranglée avec une corde ; ce n'est que le 8 août 2007, 23 ans après le meurtre que le module des crimes non résolus (cold cases) de l'Escouade des crimes majeurs de la police de Montréal a découvert par des comparaison des profils génétiques répertoriés dans une banque de données du ministère fédéral de la Justice que le meurtrier serait Gaétan Bissonnette, maintenant âgé de 49 ans ; ce dernier possédait un casier judiciaire important depuis 1980 ; en novembre 2005, il avait été condamné 8 mois d'assignation à résidence et à fournir un échantillon d'ADN après avoir été reconnu coupable d'entrée par effraction et de possession de biens volés ; au moment de l'assassinat de madame Morelle, Bissonnette, 26 ans, était en liberté conditionnelle ; le 16 novembre 2007, Bissonnette reconnaît sa culpabilité à l'accusation de meurtre non prémédité et est condamné à la prison à perpétuité ; le procureur de la Couronne et l'avocat de l'accusé s'entendent pour que l'emprisonnement sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 14 ans de sa peine derrière les barreaux, mais le juge James Brunton leur indique qu'il considère cette période comme trop courte compte tenu de la violence du crime et du dossier judiciaire du tueur (20 condamnations entre 1976 et 2007 dont une pour introduction par effraction et agression sexuelle armée d'un couteau qui avait duré 7 heures sur une femme de 26 ans ; le 29 novembre 2007, Bissonnette est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 20 ans de sa peine derrière les barreaux.
Outils personels

Publicité

(Annonces   .)