Lemieux (Diane)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Femme de loi (avocate) née en 1961 (22 septembre 1961) à Sherbrooke.

Études à l'Université de Sherbrooke-UdeS (droit)
Membre du Conseil d'administration du Bureau d'aide juridique des Cantons-de-l'Est (1994 et 1995)
Présidente du Conseil du statut de la femme du Québec (1996-1998)
Députée du Parti québécois-PQ de Bourget à l'Assemblée nationale du Québec-ANQ (1998-2007).
Ministre d'État au Travail et à l'emploi (15 décembre 1998 - 8 mars 2001) dans le cabinet de Lucien Bouchard.
Ministre d'État à la Culture et des Communications et ministre responsable de la Charte de la langue française (8 mars 2001 - 29 avril 2003).
Ministre d'État à la Culture et aux Communications, ministre de la Culture, ministre des Communications, ministre responsable de la Charte de la langue française, ministre responsable de l'Autoroute de l'information (30 janvier 2002 - 2005) dans le cabinet de Bernard Landry.
Leader parlementaire de l'Opposition officielle à l'Assemblée nationale (18 août 2004 - 21 février 2007).
Leader parlementaire du deuxième gfroupe d'opposition (4 avril 2007 - 27 août 2007)
Le 17 octobre 2007, elle démissionne comme députée de Bourget à la suite de la décision de Pauline Marois, présidente du Parti québécois-PQ, de lui retirer le poste de leader parlementaire de ce parti à l'Assemblée nationale.
Candidate du Parti Union Montréal défaite dans l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville aux élections municipales de 2009, elle est nommée directrice du cabinet du maire Gérald Tremblay (novembre 2009 - décembre 2010).
Présidente du conseil d'administration et directrice générale de la Commission de la construction du Québec-CCQ (25 janvier 2011-).

Député du Parti québécois-PQ démissionnaire (2007).

  • Distinctions -


Prix de la Justice décerné par le ministère de la Justice du Québec (1991).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)