Lauzon (Gilles)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de métier (maître chaudronnier) et laboureur né vers 1635 dans la paroisse Saint-Julien de Caen (Calvados, Normandie, France).

Arrive en Nouvelle-France le 16 novembre 1653 à l'occasion de la Première grande recrue de Jérôme LeRoyer de la Dauversière.
S'établit à Ville-Marie (Montréal) où il achète une terre et une maison de Urbain Tessier dit Lavigne en 1655.
Père de la lignée Lauzon/Archambault d'Amérique.
Épouse Marie Archambault à Ville-Marie (Montréal) le 27 novembre 1656 ; de cette union sont issus Michelle Lauzon (mariée à Jean Coron), Marguerite Lauzon (mariée à Étienne Forestier), Françoise Lauzon (mariée à François Boulard), Marie Lauzon (mariée à Charles Desmares), Catherine Lauzon (mariée à Jean Sicard), Séraphin Lauzon (marié à Jeanne Desroches), Louise Lauzon (mariée à Jean-Baptiste Quenneville), Michel Lauzon (marié à Marie-Anne Coitou), Paul Lauzon (marié à Marie-Anne Quenneville), Marie-Madeleine Lauzon (mariée à Julien Choquet) et Gilles Lauzon (marié à Marie-Anne Grou).
Gendre de Jacques Archambault et de Françoise Tourault.
Décès en 1687 (21 septembre) à Ville-Marie (Montréal).
Ancêtre de tous les Lauzon d'Amérique.
En 1729, il avait 347 descendants.

  • Crédits -


Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)
Pour le Christ et le Roi. La vie au temps des premiers Montréalais (Fondation Lionel-Groulx, sous la direction d'Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)