Grégoire (Diane)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 31 janvier 2008, Diane Grégoire, 51 ans, est vue vivante pour la dernière fois dans le stationnement des Promenades Saint-Bruneau à Saint-Bruneau-de-Montarville ; elle serait restée dans l'automobile pendant que son mari, Paul Laplante, allait déjeuner dans un restaurant du centre commercial ; lorsque ce dernier revint à l'automobile, elle n'y était plus.

Quelques mois plus tard, la Police de Longueuil et la Sûreté du Québec effectuèrent des recherches dans et autour du bungalow du couple à Saint-Hyacinthe, mais n'y trouvèrent rien de tangible à l'exception d'un ordinateur portable.
Laplante n'y habitait plus depuis un mois ; personne n'a pu attester de la présence de Diane Grégoire dans les Promenades Saint-Bruno le 31 janvier précédent et aucune caméra de surveillance ne l'a captée malgré le fait qu'elle était vêtue d'un ensemble voyant et distinguable ; selon Laplante, Diane Grégoire était déprimée depuis le suicide de son fils survenu un an plus tôt presque jour pour jouré
Le 4 février 2008, Paul Laplante refuse de passer le test du polygraphe.
Le 12 septembre 2011, à la suite d'une information fournie par un témoin, la police se dit assurée que Diane Grégoire a été assassinée ; son corps aurait pu être jeté dans un incinérateur à carcasses de porcs situé sur la ferme Shefford de Saint-Valérien-de-Milton ; des recherches minutieuses sont entreprises dans les environs de l'incinérateur afin de trouver des indices, ossements, tissus ou autres objets qui n'auraient pas été consumés dans l'incinérateur.
Le 21 novembre 2011, un marcheur découvre par hasard des ossements dans un boisé de Côteau-du-Lac près de l'autoroute 20 ; ces ossements sont identifiés comme étant ceux de madame Grégoire.
Dès lors, la police qui, jusque-là, traitait d'une disparition traite maintenant d'un homicide et, comme les ossements ont été trouvés sur son territoire, la Sûreté du Québec-SQ prend charge de l'enquête jusque-là assumée par la police de Longueuil dont le territoire couvre celui de la ville de Saint-Bruno.
Le 13 décembre 2011, Paul Laplante est arrêté à Saint-Hyacinthe par la Sûreté du Québec-SQ et accusé du meurtre prémédité de son épouse, Diane Grégoire.
Le 9 janvier 2012, le cadavre de Paul Laplante est découvert pendu dans la cellule qu'il occupait au Centre de détention de Rivière-des-Prairies peu de jours avant le début prévu de son procès.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)