Gilles (étymologie)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Gilles pourrait être une forme française adaptée du latin Aegidius, un saint ermite né à Athènes et établi en Provence du VIIe siècle.

Aegidius est lui-même issu du grec aigidion signifiant «petite chèvre».
Gille désignait un personnage du théâtre de la foire, un homme qui avait l'air et le maintien d'un niais.
Selon le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière (1688-1689), «Gilles est un nom propre d'homme qui est venu en usage dans cette phrase proverbiale. Faire Gilles, pour s'enfuir. Il a fait Gilles pour trois mois, pour dire Il a fait banqueroute. Ce proverbe vient de ce que Saint Giles, prince du Languedoc, s'enfuit secrettement de paur d'être fait Roy».
Gille est le patronyme de l'un des deux à trois mille mercenaires allemands recrutés par la Couronne britannique pour l'aider à mâter la Révolution américaine, et demeurés au Canada après le Traité de Versailles (1783).
En France, il y a une concentration de Gilles en Seine-Maritime.

  • Crédits -


Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Albert Dauzat, Larousse Sélection, Librairie Larousse, 1969)
Les noms de famille de France (Histoire et anecdotes, sous la direction de Marie-Odile Mergnac, Archives & Culture, Paris, 2000)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)