Gauthier-Lachance (Cathie)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 31 décembre 2008, peu avant minuit, Cathy Gauthier-Lachance, 34 ans, appelle le Service de sécurité publique de la ville de Saguenay en réclamant de toute urgence l'intervention des policiers à sa résidence ; ceux-ci se rendent au 1412, rue du Portage, dans le quartier de Chicoutimi et y découvrent les cadavres de Marc Laliberté, 36 ans, ses enfants Joëlle Laliberté, 12 ans, Marc-Ange Laliberté, 7 ans, et Louis-Philippe Laliberté, 4 ans, et l'épouse de Laliberté, Cathy Gauthier Lachance grièvement blessée ; les corps des 3 enfants ne portaient aucune trace visible de violence ; la famille, originaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean était revenue à Chicoutimi en provenance d'Amos en Abitibi en août 2008 ; le père et la mère étaient sans emploi.

En octobre 2008, Marc Laliberté s'était placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers, son bilan présentant un passif de 84 350 $ contre un actif de 20 301 $.
Le 3 janvier 2009, la police se dit convaincue que les décès sont le résultat d'un pacte de suicide intervenu entre les parents des enfants ; leur mère Cathy Gauthier Lachance est détenue à l'hôpital à cause des blessures qu'elle s'était infligées au poignet ; c'est la mère qui aurait acheté les médicaments (Oxazepam et Gravol) trois jours avant les meurtres et qui aurait écrit et signé, conjointement avec son mari, des lettres à différents destinataires indiquant pourquoi le couple en était venu à la décision de s'enlever la vie et d'amener leurs enfants avec eux dans l'au-delà.
Le 15 janvier 2009, Cathy Gauthier-Lachance est formellement accusée du meurtre prémédité de ses 3 enfants et d'assistance au suicide de son mari.
Le 24 octobre 2009, vers 14 h 30, après 4 jours de délibérations, un jury formé de 11 jurés reconnaît Cathie Gauthier Lachance coupable des meurtres prémédités de ses 3 enfants et d'assistance au suicide de son mari et elle est condamnée par le juge Jean-Claude Beaulieu pour chacun des trois meurtres et l'aide au suicide à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.
Le 13 novembre 2009, l'avocat de Cathie Gauthier-Lachance, Me Dominique Bouchard, présente une demande de permission d'en appeler du verdict devant la Cour d'appel du Québec ;
Le 26 juillet 2011, la Cour d'appel maintient les verdicts de culpabilité.
Le 23 septembre 2011, Cathie Gauthier-Lachance demande à la Cour suprême du Canada la permission d'en appeler de la décision de la Cour d'appel du Québec.
Le 29 mars 2012, la Cour suprême annonce qu'elle accepte d'entendre l'appel de Cathie Gauthier-Lachance.
Le 7 juin 2013, la Cour suprême du Canada maintient la sentence imposée à Cathie Gauthier-Lachance.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)