Desfossés (Raymond)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Gangster né en 1951.

Un des leaders du West End Gang.

En 1975, Desfossés fait la connaissance de Gérald Galklant alors qu'ils sont otous deux détenusau pénitencier de Cowansville.En mai 1998, Desfossés est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 12 ans de sa peine derrière les barreaux pour le meurtre d'un trafiquant en Floride.
Au cours de l'été 2000 , durant la guerre des Motards, il met un contrat de 250 000 $ pour l'assassinat de Maurice «Mom» Boucher.
Le 7 juillet 2000, le prêteur usurier, Robert (Bob) Savard est assassiné par Gérald Gallant.
Au cours de l'hiver 2000-2001, Desfossés est transféré dans un pénitencier canadien où il obtient une libération conditionnelle.
En septembre 2004, lors de l'Opération Calvette, Desfossés est arrêté pour l'importation de 750 kg de cocaïne et condamné à 13 ans de prison.
À la suite des déclarations de Gérald Gallant révélées le 26 mars 2009, il est arrêté et accusé d'avoir commandé les meurtres de :
Louis Desjardins commis par Denis Gaudreault à Sept-Îles le 22 janvier 1980,
Marcel Lefrançois commis par Réjean-Claude Juneau le 16 février 1984,
Salvatore Luzi commis le 28 mai 1990,
Richard McCurnaghan commis le 18 mars 1991 à Pointe-Saint-Charles par Gérald Gallant,
Yvon Daigneault commis le 30 mai 2001 à Sainte-Adèle,
Robert «Bob» Savard commis le 7 juillet 2000 par Gérald Gallant.

Au moment de son arrestation pour ces meurtres, Raymond Desfossés était détenu à l'institut Leclerc pour importation illégale de drogues.
Le 20 février 2014, il est condamné à 114 mois (9,5 ans) de prison qui s'intègrent à la sentence de 18 mois de prison pour complot.
Le 7 mars 2016, il demande à la Cour d'appel de réduire la peine qui lui avait été imposée en 2014 ; il allègue que la Couronne a bafoué ses droits constitutionnels comme elle l'avait fait dans le cas de cinq Hells Angels accusés de meurtre et de complot que le juge Brunton a libéré à l'automne 2015 à la suite de la divulgation tardive par la poursuite d'éléments de preuve susceptibles de miner la crédibilité du «délateur, l'ex-motard Sylvain Boulanger ; la poursuite avait laissé entendre que Boulanger pourrait témoigner pour corroborer les déclarations déjà détaillées du délateur Gallant à l'encontre de Desfossés ; selon Desfossés, cette stratégie l'aurait indûment influencé à négocier un plaidoyer de culpabilité aux accusations de complot pour meurtres sur une période de 22 ans, de 1980 à 2002. (Journal de Montréal, 9 mars 2016, page 15).
Le 18 mai 2017, devant trois juges de la Cour d'appel du Québec, Desfossés se dit victime d'abus de la Couronne parce qu'il aurait eu une estimation biaisée de la force de la preuve lorsqu'il a admis avoir comploté des meurtres sur une période de 22 ans, de 1980 à 2002. Les trois juges (France Thibault, Jacques Dufresne et Jacques J. Lévesque) rejettent en bloc les arguments de Desfossés qui devra donc rester en prison jusqu'en 2023.
En 2017, Desfossés est libéré sous condition (demeurer dans une maison de transition).
Le 12 janvier 2018, Desfossés réussit à convaincre la Commission des libérations conditionnelles de lever la condition de demeurer dans une maison de transition ; il invoque que ceux qui voudraient le tuer auraient un cible facile dans cette maison ; il pourra retourner à sa résidence de Trois-Rivières. La commission l'oblige demeurer à l'intérieur des limites de cette ville et il devra constamment porter un bracelet électronique.

  • Publications :


Gallant : Confessions d'un tueur à gages (2015).

Voir également Guerres des gangs.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)