Courtemanche (Antoine ; dit Jolicoeur)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Défricheur et laboureur né vers 1642 à Bannes (Mayenne, Maine, France) ou à Saint-Pierre-de-Chevillé (Sarthe, Maine, France).

Arrive en Nouvelle-France le 29 septembre 1659 lors de la Deuxième grande recrue de Maisonneuve.
S'établit à Ville-Marie (Montréal).
Père de la lignée Courtemanche/Aquin d'Amérique.
Épouse Élisabeth Aquin (ou Haguin) à Ville-Marie (Montréal) le 26 avril 1663 ; de cette union sont issus Madeleine Courtemanche (mariée à Jean Roy), Anne Courtemanche (mariée à Laurent Archambault), Antoine Courtemanche (marié à Marguerite Vaudry) et Élisabeth Courtemanche (religieuse de la Congrégation de Notre-Dame-c.n.d.* de Montréal).
Décès en 1671 à Ville-Marie (Montréal).
Description de sa maison dans un inventaire de 1673 : «Un carré de bâtiment de bois de pièces sur pièces de longueur de 17 pieds (5,2 mètres) sur 16 (4,90 mètres) de large avec son plancher de madrier de bois et la cheminée de maçon à terre jusqu'à la solivure avec ses jambages, le reste de ladite cheminée en bousillage et un four y joignant à terre et sa porte fermant avec un verrou garni des pentures et sans serrure et clef».
En 1729, il avait 90 descendants.

  • Crédits -


Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal-1983).
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presses de l'Université de Montréal, 1987).
Pour le Christ et le Roy - La vie au temps des premiers Montréalais (sous la direction de Yves Landry, Libre Expression, Art Global, 1992)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)