Chicoine (seigneurie)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Éphémérides -


1672 (3 novembre) Concession d'une seigneurie (1/2 lieue de front sur le fleuve Saint-Laurent x 1 lieue de profondeur) à Charles Denys de Vitré qui la nomme Bellevue.
1678 (26 février) Vente de la seigneurie par Charles Denys de Vitré à Pierre Boisseau. (15 mars) Cession de la moitié (20 arpents de front sur une lieue de profondeur) de la seigneurie par Pierre Boisseau à Pierre Chicoine qui donne le nom de Chicoine à sa partie, alors que Boisseau donne le nom de Boisseau à la sienne.
1723 (29 janvier) Le fief Boisseau appartient à Anne Foubert, veuve de Pierre Boisseau (1/2) et à ses enfants (1/2).
1764 (31 juillet) Vente de leurs droits dans le fief Chicoine par Marguerite Chicoine, épouse de Pierre Brunet, Louis Becquet, Marie-Josèphe Chicoine, épouse de Jacques Beaudry, Marie-Louise Becquet, épouse de Paul Demers, François Becquet, fils mineur de Louis Becquet, à Pierre Chicoine.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1861 (24 janvier) Le fief Chicoine appartient à Joseph Chicoine.

  • Toponymie -


Aussi appelée Vitré, Boisseau et Boisselière.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent, entre la seigneurie de Verchères (77) et la seigneurie de Contrecoeur (79).
Division administrative seigneuriale de Montréal-DASM.


  • Crédits -


Seigneuries et fiefs du Québec Dossiers toponymiques (Serge Courville et Serge Labrecque , CELAT Université Laval à Québec-ULQ, 1988

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)