Chartier (Étienne)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

Études au Séminaire de Québec.
Rédacteur en chef du journal Le Canadien dirigé par François Blanchet et Augustin-Norbert Morin (1820-1821).
Directeur du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (1829-1831) ; il en est congédié en raison de ses attaques contre l'oligarchie britannique.
Curé des paroisses Sainte-Martine (1831-1833), Saint-Pierre-les-Becquets (1833-1834), Saint-Patrice-de-Rivière-du-Loup (1834-1835), Saint-Benoît (Mirabel, 1835-1838).
Ayant participé à la bataille de Saint-Eustache, il se réfugie aux États-Unis à la fin de 1837.
Curé des paroisses St. Augustine de Philadelphia (1838), Salina, New-York, États-Unis, Madisonville, Indiana, États-Unis (1840-1842), Avoyelles, Louisiana, États-Unis (1844), Saint-Grégoire de Mont-Saint-Grégoire (1845-1850), Sainte-Philomène de Mercier (1850), Arichat, Nouvelle-Écosse (1850-1851), puis Saint-Gilles-de-Beaurivage (1851-1853). Directeur du Grand séminaire de Vincennes (Indiana, États-Unis, 1843).
Patriote interdit de séjour le 28 juin 1838 par proclamation du gouverneur Durham, pour implication dans l'Émeute de 1837. Rentre au Canada en 1845. Décès en 1853 à l'Hôpital général de Québec. Voir Québec (province). Crises. Émeutes de 1837 et de 1838.

  • Bibliographie -


Étienne Chartier. La colère et le chagrin d'un curé patriote (essai, Gilles Boileau, Éditions du Septentrion, 2010).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)