Caron (René-Édouard)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

Études au Collège latin de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud et au Séminaire de Québec.
Lui et ses frères, Adolphe-Louis Caron, et Joseph-Arthur Caron, fondent la manufacture de bijoux Caron Frères de Québec.
Maire de Québec (1834-1836 et 1840-1846).
Député de la Haute-Ville-de-Québec à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada (1834-1836).
Conseiller (1841-1857) et président (1843-1853) du Conseil législatif du Canada-Uni-CLCU.
Président de la Société Saint-Jean-Baptiste-SJB (1842-1852).
Membre du Conseil exécutif du Canada-Uni dans les ministères Lafontaine-Baldwin (1848-1849) et Hincks-Morin (1851-1853).
Juge à la Cour supérieure du Québec-CSQ (1853-1855).
Juge à la Cour du banc de la reine-CBR (1855-1873).
Membre de la commission formée pour codifier les lois civiles au Bas-Canada ; cette commission était formée d'Augustin-Norbert Morin, René-Édouard Caron et Charles Deway Day et de deux secrétaires, Ubald Beaudry et T. K. Ramsay qui sera remplacé par Thomas McCord.
Lieutenant-gouverneur de la province de Québec (1873-1876).
Fils d'Augustin Caron. Père d'Adolphe-Philippe Caron. Beau-père de Charles Fitzpatrick et de Jean-Thomas Taschereau. Grand-père de Louis-Alexandre Taschereau et d'Arthur Fitzpatrick. Arrière-grand-père de Robert Taschereau.
Décès en 1876 à Sillery (Spencer Wood).

  • Distinctions -


Le nom du canton Caron proclamé en 1855 et situé au sud-est du lac Saint-Jean dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean honore sa mémoire.
L'Avenue Adolphe-Caron de Montréal évoque le souvenir de l'un des frères Caron qui était vice-président de la compagnie United Hotels Co. of America et président de l'Association athlétique de Montréal à l'époque de la construction de la Palestre nationale au numéro 840 rue Cherrier de Montréal (1914).


  • Crédits -


Dictionnaire des parlementaires du Québec 1792-1992 (Les Presses de l'Université Laval à Québec, 1993)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)