Côté (Benoît)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 2 juillet 2014, peu après 17 h, Michel Dubuc craint qu'il perde contact avec l'un de ses enfants, assassine ses deux fils adultes, un avocat et une femme enceinte puis se suicide dans le bureau de l'avocat Benoît Côté situé dans un édifice commercial de Terrebonne ; Dubuc avait été vu pénétrant dans l'édifice avec une boîte en carton ; une fois dans le bureau, Dubuc tire sur Me Côté et la notaire Marie-Josée-Sills, 30 ans ; Côté et Sills décèdent à l'hôpital. Dubuc blâmait Côté pour un mauvais investissement dans une hypothèque risquée sur une propriété de Pointe-Claire comme il appert de la poursuite de 1,2 million $ intentée par Dubuc contre Côté en 2013. Côté ne devait pas seulement d'argent à Dubuc, mais aussi à l'un des fils de Dubuc. Michel Dubuc était séparé de sa femme depuis 2001 et partageait avec elle la garde de leurs fils ; quelques semaines avant les meurtres, Jérémie, l'un de ses fils, 21 ans, lui avait annoncé qu'il ne voulait plus demeurer avec lui. Dubuc avait promis d'acheter une automobile pour son fils Gabriel, s'il réussissait à convaincre son frère Jérémie de le rencontrer ; finalement les deux fils convinrent de dîner avec leur père le 2 juillet 2015. Michel Dubuc loue une automobile et va chercher Jérémie à son travail, puis il se rendent à la résidence de son ex-épouse pour y prendre Gabriel ; selon le coroner, Dubuc a tué ses deux fils peu après leur arrivée à sa résidence de Boucherville, puis il est allé au bureau de Me Côté à Boucherville, à environ 30 km de Terrebonne ; après avoir tué l'avocat et Sills, il retourne chez-lui et envoie un courriel à l'une de ses soeurs dans lequel il décrit ce qu'il avait fait sans en expliquer les raisons, puis, il met le feu à son lit et se tire une balle ; le courriel a été envoyé à 18 h 30, mais sa soeur ne l'a lu que 4 heures plus tard et a alors commencé à appeler la parenté ; à peu près au même moment, la mère des garçons commençait à s'inquiéter et essayait de les rejoindre.
Outils personels

Publicité

(Annonces   .)