Bulphred (Omar)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Le 2 septembre 2006, une bombe incendiaire éclate à la Toldos Yakov Yosef Skver Jewish Boys School d'Outremont.

Le 12 avril 2007, les musulmans d'origine russe Azim Ibragimov, 22 ans, et Omar Bulphred, 21 ans, né en Georgie (Russie), sont arrêtés et accusés de possession illégale d'explosifs, d'attentat à la bombe, de complot de rapt et de séquestration et de vol à main armée ; ils sont accusés d'être les auteurs de l'attentat du 2 septembre 2006 contre la Skver-Toldos Jewish Boys School d'Outremont, de l'explosion d'une automobile dans le quartier Mercier de Montréal le 2 septembre 2006 et de l'explosion d'une bombe à l'entrée principale du Snowdon Y, le 3 avril 2007 ; les deux hommes sont passibles de peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 14 ans ; en avril 2008, Ibragimov reconnaît sa culpabilité aux accusations portées contre lui ; le 17 novembre 2008, Ibragimov est condamné à 4 ans de prison et à 3 ans de probation ; le 12 février 2009, Bulphred est condamné à 7 ans de prison pour avoir planifié et allumé l'incendie du Skver-Toldos Orthodox Jewish Boys School d'Outremont le Snowdon YM-YWHA et d'une automobile dans le quartier Mercier de Montréal ; le Canadian Jewish Congress juge la sentence trop légère compte tenu de la gravité des actes commis par Bulphred.
Le 3 mai 2011, Bulphred est transféré dans une maison de transition, mais il est renvoyé au pénitencier après qu'il eut menacé de mort un autre résident de la maison.
Le 13 février 2012, la Commission nationale des libérations conditionnelles refuse de libérer Bulphred au 2/3 de sa peine parce qu'elle considère que Bulphred n'a fait aucun progrès et qu'il constitue un risque élevé de récidive ; la Commission estime que Bulphred souffre d'une maladie mentale ; il restera donc en prison jusqu'au 2/3 de sa peine.
Le 11 juin 2012, il est libéré sous conditions au 2/3 de sa peine, il est arrêté en juillet 2012 pour deux bris de conditions et pour flânage dans 5 adresses résidentielles et pour menaces à un homme.
Le 9 juillet 2012, le juge Pierre Labelle lui interdit de communiquer avec 5 personnes dont 2 ont été ses co-détenus et ordonne une évaluation psychiatrique de 30 jours à l'institut Philippe-Pinel ; le rabin Reuben Poupko, président du Comité de coordination de la sécurité de la communauté juive de Montréal affirme que Bulphred est un irrémédiable promoteur de la violence contre la communauté juive et qu'il est un homme qui présente un danger clair et présent pour des citoyens de Montréal.
Après avoir purgé sa sentence, Bulphred est libéré sous conditions. Il est de nouveau arrêté en juillet 2012 pour bris de conditions, menace et vagabondage ; une évaluation psychiatrique conclut que Bulphred est apte à subir un autre procès.
Le 5 février 2013, Bulphred est de nouveau condamné à 6 mois de prison suivis d'une période de probatiobn de 3 ans.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)