Bronfman (Edgar Jr)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme d'affaires né en 1955 à New York.

En1975, son fils Sam Bronfman II est enlevé et l'objet d'une demande de rançon de la part des ravisseurs ; Edgar va lui-même déposé le montant de la rançon (2,4 millions $US) ; les ravisseurs furent arrêtés peu de temps après ; lavocat des accusés prétendit que le rapt avait été une fumisterie .
En 1981, son père cède ses parts de la compagnie Conoco à la compagnie DuPont Chemicals afin d'acquérir 25 % du capital de celle-ci.
En 1982, après un courte tentative de devenir producteur de films et de spectacles sur Broadway, il se joint à l'entreprise familiale Seagram Company Ltd en 1982 ; choisi par son grand-père pour lui succéder, il devient directeur gérant de Seagram Europe.
En 1984, il revient à New York pour y diriger la division marketing de la compagnie Seagram aux États-Unis.
En 1989, Edgar Bronfman Jr devient président de Seagram.
Avec la bénédiction de son père, Edgar vend les actions de DuPont pour 9 milliards $.
Il acquiert MCA, une entreprise de production de musique et de films de Hollywood.
En 1993, il dépense 3,1 G $ pour acquérir 15 % de la compagnie Time Warner Inc.
En 1994, il est nommé directeur exécutif de Seagram Company Ltd et commence à éloigner la compagnie de la distillerie et investit dans l'industrie du spectacle.
En 1995, en cédant les parts de Seagram Company Ltd dans la compagnie DuPont Chemical Manufacturing, il empoche 9 milliards $ ; les revenus de ces parts représentaient 70 % des revenus de Seagram.
En 1997, il commence à édifier un conglomérat dans l'industrie du spectacle et du divertissement en achetant MCA Records.
En 1999, il achète Polygram et Universal Pictures (5,7 G $)
En 2000, il vend la Seagram Company à la compagnie française Vivendi qui devient Vivendi International dont il est nommé vice-président.
En 2001, la division des breuvages de Seagram est vendue au groupe Pernod Richard et Diago.
Bronfman quitte l'exécutif de Vivendi International, mais en demeure vice-président du conseil d'administration.
En 2002, il vend ses parts de la compagnie Vivendi ; les difficultés financières de la compagnie Vivendi International la forcent à vendre des actifs. Le président et chef de l'exécutif de Vivendi, Jean-Marie Messiers est forcé de démissionner ; Vivendi était spécialisée dans le traitement des eaux, l'énergie et la gestion des déchets, mais Messier avait orchestré la transition vers l'industrie du spectacle et du divertissement.
En 2003, Bronfman démissionne de son poste de vice-président de Vivendi et supervise l'achat de Warner Music Group de Time Warner au prix de 2,5 G $ US.
En 2004, Bronfman commence son règne à titre de président et chef de l'exécutif de Warner Music Group.
La division du spectacle de Vivendi est vendue à General Electric et la compagnie NBC Universal est formée.
En 2005, Bronfman inscrit Warner Music Group à la bourse de New York ; la valeur des actions de la compagnie est inscrite à 17 $ US.
En 2006, Bronfman refuse de vendre Warner Business Group à EMI Group pour 28,5 $ US par action.
En janvier 2011, le tribunal correctionnel de Paris trouve Bronfman coupable de délit d'initié pour avoir vendu ses parts de Vivendien 2002 alors qu'il possédait des renseignements non disponibles aux autres actionnaires de la compagnie Vivendi et est condamné à 15 mois de prison avec sursis et à une amende de 6,7 M $ ; il inscrit le verdict et la condamnation devant la Cour d'appel de Paris.
Reconnu coupable d'abus de biens sociaux pour s'être fait octroyer une indemnité de départ de 20 M t (à laquelle il a finalement renoncé) d'avoir induit les actionnaires en erreur, Jean-Marie Messier, président de Vivendi, est condamné à 200 000 $ d'amende et à 3 ans de prison avec sursis.
En mai 2011, Warner Music Group est vendu à la compagnie Access Industries appartenant à Len Blavatnik au prix de 3,3 milliards $US ou 8,25 $US par action.
En août 2011, Edgar Bronfman quitte le poste de chef de l'exécutif de Warner Music Group et en devient le président du conseil d'administration.
Petit-fils de Samuel Bronfman. Fils d'Edgar Miles Bronfman. Frère cadet de Charles Bronfman.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)