Boivin (étymologie)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Boivin vient de l'antiphrase «bois le vin» ; bois est l'impératif du verbe boire.

Boire signifie avaler quelque liquide.
Sobriquet donné aux buveurs de vin.
Boivin pourrait aussi désigner le cordage qui tient la bouée.

  • Dictons -


Qui bon l'achète, bon le boit, c'est-à-dire : «Il vaut mieux acheter une bonne marchandise chèrement qu'une mauvaise à bon marché».
Le vin est tiré, il faut le boire, c'est-à-dire : «Il faut conclure une affaire quand on est trop engagé pour reculer».
On ne saurait faire boire un âne s'il n'a pas soif, c'est-à-dire : «On ne saurait contraindre un entêté à faire ce qu'il n'a pas envie de faire».
C'est la mer à boire, c'est-à-dire : «C'est une entreprise qui présente de grandes difficultés, de nombreux obstacles».
Boire le calice jusqu'à la lie, c'est-à-dire : «Éprouver un malheur dans toute son étendue».
Qui a fait la faute, la folie, la sottise, la boit, c'est-à-dire : «Celui qui a commis la faute, qui a fait la folie, la sottise, doit en porter la peine».
Qui a bu boira, c'est-à-dire : «Son habitude est assez forte qu'il ne peut s'en défaire».

  • Crédits -


Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Albert Dauzat, Larousse Sélection, Librairie Larousse, 1969)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)