Blass (Richard)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Gangster. Meurtrier (tueur à gage) né en 1946 à Rosemont. Son surnom, «Le Chat» indique que tel un chat il semblait avoir plusieurs vies.

Le 7 mai 1968, Richard «Le Chat» Blass, un boxeur amateur et homme de main du West End Gang, et Robert Allard tentent d'attirer Frank Cotroni dans une ambuscade à l'extérieur de sa maison ; deux gardes-du-corp de Cotroni sont tués au cours de cette tentative, mais Frank Cotroni en sort indemne.
Le 24 août 1968, Richard Blass survit à une première tentative de le tuer par les sbires de Cotroni. Deux semaines plus tard, les sbires de Cotroni mirent le feu au Manoir Plaisance de Saint-Hippolyte où Richard Blass se terrait ; 2 hommes et une femme innocents périssent dans l'incendie, mais Blass s'échappe encore.
En octobre 1968, Blass est piégé dans un garage de stationnement du nord-est de Montréal. une balle atteint Blass à la tête alors qu'il fuit dans une automobile conduite par son partenaire Claude Ménard qui réussit à amener Blass à l'Hôpital Jean-Talon où il est pris en charge et d'où il sortira vivant et méritera dès lors le surnom de «Le Chat» vu sa capacité d'échapper presque miraculeusement à la mort
Le 10 octobre 1968, il est atteint de 3 balles à la tête dans un garage du boulevard Saint-Michel à Montréal et s'en tire.
Le 23 octobre 1974, il s'évade du Pénitencier Saint-Vincent-de-Paul.
Le 30 octobre 1974, à Montréal, Roger «Seven-Up» Lévesque et Raymond Laurin sont assassinés dans le Bar Le Gargantua, sur la rue Beaubien ; Richard Blass les aurait abattus et Edgar Roussel les aurait achevés de balles dans la tête ; Richard Blass reprochait à Roger Lévesque de l'avoir dénoncé à la police et à Laurin d'avoir fait échouer une tentative de vol à la suite de laquelle il avait été condamné à 6 ans de prison. Edgar Roussel est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux.
Le 21 janvier 1975, au même endroit, il aurait abattu le gérant du bar, emprisonné 12 clients dans une petite pièce, puis mis le feu à plusieurs endroits dans le bar.
Recherché pour les meurtres de ces 13 dernières personnes, il est abattu de 27 balles tirées par 3 policiers le 24 janvier 1975 à Val-David.
Entre 1965 et 1975, il aurait participé à 20 meurtres.
En 2012, un peu avant son décès, le sergent-détective Albert Lisaceck de la Sûreté du Québec qui faisait partie du groupe de policiers qui ont tué Blass le 25 janvier 1975, déclara au journaliste Warren Perley que Blass n'était pas armé lorsque les policiers l'ont abattu ; cette déclaration est contraire à celles faites sous serment par le caporal Marcel Lacoste de la Sûreté du Québec-SQ et par le détective Jacques Durocher du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal- SPCUM qui faisaient également partie du groupe d'intervention à Val-David ; Lisaceck est décédé le 30 novembre 2012.
Frère de Michel Blass.





Source -

Montreal Irish Mafia (D'Arcy and Miranda O'Connor, John Wiley & Sons Ltd, 2011)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)