Bisson (Claude)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)

Études au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières, à l'Université Laval à Québec-ULQ et à la McGill University.
Juge à la Cour supérieure du Québec-CSQ (1969-1980).
Commissaire-enquêteur sur les évasions du pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul (1969).
Commissaire-enquêteur sur l'explosion survenue à l'usine de McMasterville (1975).
Juge à la Cour d'appel du Québec-CAQ (1980-1996)
Juge en chef de la Cour d'appel du Québec (1988-1994).
Membre (1984-1987) et vice-président (1985-1987) de la Commission canadienne sur la détermination de la peine.
Commissaire chargé de surveiller les activités du Centre de la sécurité des télécommunications-CST (1996-). Ce centre d'écoute électronique du Premier ministre du Canada a constitué des milliers de dossiers sur des citoyens canadiens dont plusieurs personnalités politiques québécoises. Une banque de données contiendrait des informations personnelles sur les anciens premiers ministres René Lévesque et Jacques Parizeau et sur la ministre des affaires intergouvernementales, Louise Beaudoin. Pourtant, le 20 octobre 1994, la vice-première ministre, Sheila Copps, affirmait à la Chambre des communes que le CST n'espionnait pas de citoyens canadiens.

Fils de Roger Bisson.

  • Distinctions -


Officier de l'Ordre du Canada-OOC (1999).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)