Beaconsfield (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Superficie - 10,64 km2.
  • Gentilé - Beaconsfielder (anglais).


  • Éphémérides -


1678
Concession par les sulpiciens des terres portant le numéro de cadastre

 1 à Pierre Montpetit dit Le Poitevin (terrier 124)
 2 à Paul Bouchard dit Dorval (terrier 125)
 3 à Pierre Bonneau dit Lajeunesse (terrier 126) ; tué par les Iroquois le 30 septembre 1687
 4 à Antoine Blignaux dit Sanssoucy (terrier 127) ; domestique de Jean Quenet.
 5 à Jean Lemire (terrier 128)
 6 à Jean Lemire (terrier 128)
 7 à Jean Quenet, Quénet ou Guénet (terrier 129) ; il appelle sa terre Beaurepaire.
 8 à Henri Jarry (terrier 130) ; fils de Éloi Jarry dit Lahaye.



1685
Fondation de la paroisse Saint-Louis-du-Haut-de-l'Île ; son premier desservant est le sulpicien François Saturnin Lascaris d'Urfé, marquis de Bouge.
Concession par les sulpiciens des terres portant le numéro de cadastre

 21 à Jean Tillard (terrier 138)
 22 à Jean Nepveu (terrier 140) ; époux de Catherine Godin et fermier de Jean Quenet.
 23 à Jean-Baptiste Laprairie dit Charlebois (terrier 141)



1686
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Louis-du-Haut-de-l'Île
1687
Premières inscriptions de funérailles dans la paroisse Saint-Louis-du-Haut-de-l'Île, celles de 8 colons, dont Pierre Bonneau dit Lajeunesse, tués par les Iroquois.
1689
Les colons abandonnent leurs terres à la suite du massacre de Lachine par les Iroquois.
1698
Concession par les sulpiciens des terres portant le numéro de cadastre

 24 à Jacques Prou dit LePoitevin (terrier 142) ; époux de Jeanne Pilon.
 24 à François Perrier (terrier 142)
 25 à Jacques Chasle dit Duhamel (terrier 143)
 26 à Jacques Chasle dit Duhamel (terrier 143)
 27 à Pierre Cardinal (terrier 144)
 27 à Jean Brunet dit Letang (terrier 144)
 28 à Pierre Cardinal (terrier 144)
 28 à Jean Brunet dit Letang (terrier 144) ; époux de Marie Perrier.
 29 à Léonard Lalande dit Latreille (terrier 145) ; époux de Gabrielle Beaune.
 29A à Jacques Lanthier (terrier 146) ; époux de Catherine-Angélique Matou.
 30 à Jean Beaune dit Lafranchise (terrier 147) ; époux de Marie-Madeleine Bourgery, fils de Mathieu Brunet dit Letang.
 31 à André Roy dit Leroy, époux de Jeanne Péladeau (terrier 148)
 32 à Pierre Lelatte fils (terrier 149)
 33 à Jacques Perrier (terrier 150)
1699
Concession par les sulpiciens des terres portant le numéro de cadastre
 10 à François Lory dit Gargot (terrier 132)
 11 à Thomas Brunet (terrier 133) ; fils de Pierre Brunet et de Marie-Charlotte Cotin.
 13 à Thomas Brunet (terrier 135) ; fils de Pierre Brunet et de Marie-Charlotte Cotin.
 14 à Jean Charlebois dit Jolibois et Joly (terrier 136)
 15 à Jean Charlebois dit Jolibois et Joly (terrier 136)
 16 à Jean Charlebois dit Jolibois et Joly (terrier 136)
 17 à Jean Charlebois dit Jolibois et Joly (terrier 136)
 15 à Jean Charlebois dit Jolibois et Joly (terrier 136)
 19 à Jean Charlebois dit Jolibois et Joly (terrier 136)
 20 à Jacques Denis dit Saint-Denis (terrier 137) ; époux d'Anne Gauthier.
 22 à Nicolas Lemoyne dit Moinet (terrier 139)
 32 à André Roy dit Leroy, époux de Jeanne Péladeau (terrier 149)
1700
Concession par les sulpiciens des terres portant le numéro de cadastre
 9 à Antoine de Villeray (terrier 131)
 11 à Pierre Sabourin (terrier 133) ; époux de Madeleine Perrier ; fils de Jean Sabourin et de Mathurine Renaud.
 12 à Pierre Duc La Magdeleine dit Ladouceur (terrier 134)



1701
Reconcession par les sulpiciens des terres de la région ouest de l'île de Montréal.
1706
(15 juillet) L'intendant Raudot ordonne l'ouverture d'une route entre Dorval et le haut de l'île (Bout-de-l'Île) ; la direction des travaux est confiée à Jean Quenet.
1709
Les sulpiciens font construire un moulin et une maison du meunier sur la Pointe claire.
1713
(13 octobre) Fondation de la paroisse Saint-François-de-Sales au lieu-dit Pointe-Claire par détachement de celles de Sainte-Anne-de-Bellevue et des Saints-Anges-de-Lachine.
Ouverture des registres paroissiaux.
Construction de la première église en pierre (18m x 9m) ; le père missionnaire Pierre Lesueur y célèbre les premiers offices liturgique
1714
(1 mai) La paroisse Saint-François-de-Sales adopte le nom de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire.
1719
(Décembre) Concession d'une terre (3 arpents de front sur 25 arpents de profondeur) sur la côte Saint-Charles à Joseph Brunet.
1728
Antoine Rapin acquiert la terre numéro 26 et y aménage un atelier de forgeron.
1769
(4 avril) Amable Curot acquiert la terre numéro 7 des héritiers de Jean Quenet (Guenet) et entreprend de construire une très grande maison (20 m x 11,6 m) sur la Pointe-à-Quenet ou Pointe-Thomson.
1780
(Avril) La maison de Curot est vendue aux enchères par le shérif de Montréal à Pierre Vallée et Étienne Saint-Dessiers.
1781
Antoine Pilon achète la terre numéro 21 (3 arpents de front sur le lac Saint-Louis x 37 arpents de profondeur) de Jacques Denis dit Saint-Denis.
1810
(12 juillet) Paul Urgel Gabriel Valois pose la pierre angulaire de sa maison sur la terre numéro 31 originellement concédée à André Roy dit Leroy en 1698 ; Valois baptise l'endroit Le Bocage à cause des bois qui l'entourent..
1818
(18 juillet) Charles Valois achète la ferme numéro 2 de Jean-Baptiste Danis.
1820
(1 décembre) Charles Valois achète la terre numéro 1.
1827
(16 juillet) Luc Lamagdeleine dit Ladouceur donne la terre numéro 12 (20 arents x 2,4 arpents) avec grange et maison à son fils Paul.
Vers 1827
William Angell et sa femme Mary Garbutt Angell arrivent au Canada.
Vers 1833
Paschal Pilon construit sa maison sur la terre numéro 21.
1840
William Angell et son épouse, Mary Garbutt Angell, achètent la ferme numéro 5 et la ferme numéro 3 de François Mallette.
1843
(Février) Louis Dagenais achète la terre numéro 27 de Guillaume Mallette.
1853
Le chemin de fer Montréal-Lachine est prolongé jusqu'à Beaconsfield et Beaurepaire.
1855
(1 juillet) Constitution de la municipalité du village de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire.
Inauguration du pont ferroviaire de Sainte-Anne-de-Bellevue et de la ligne ferroviaire entre Montréal et Belleville (Ontario) par la Grand Trunk Railway Company.
1862
Rémi Legault dit Deslauriers achète la terre numéro 9 (terrier 131) de Paschal Pilon. Charles Normandeau construit sa maison et son atelier de forgeron sur la terre numéro 26 (140, boulevard Beaconsfield).
1864
(30 septembre) James Thomson acquiert la ferme numéro 7 de Olivier Berthelet.
1870
(15 février) La terre numéro 12 est vendue à Pierre Nepveu.
1874
(29 octobre) Acquisition de la terre numéro 31 (3 arpents de front sur 24 arpents de profondeur) de Pierre-Albert Valois par John H. Menzies qui lui donne le nom de Beaconsfield en l'honneur de son ami, Lord Beaconsfield ; Le Bocage devient alors The Homestead et Menzies y aménage un vignoble.
Vers 1877 Construction de la gare de Beaconsfield.
1881
(11 mars) Thomas Godin achète la forge de Elzéar Normandeau qui l'avait obtenue de Charles Normandeau.
(2 septembre) Le vignoble de John H. Menzies est saisi et vendu aux enchères.
1882
Construction de la chapelle anglicane St. Mary's in the Field sur l'avenue Old Church ; le premier temple construit à l'intérieur des limites actuelles de Beaconsfield.
1888
John Angell achète la terre numéro 6. La terre numéro 27 passe à Alfred Dagenais et la terre numéro 29 à Wilfrid Dagenais.
1891
La maison Curot est acquise par Eric Reford.
La terre numéro 31 et la grande maison construite par Gabriel Valois en 1810 sont acquises par Francis Upton qui transforme l'endroit en station estivale en y ajoutant une annexe de 20 chambres, des cottages en rangée offerts aux clients à partir de 1895 et un club nautique ; il baptise l'endroit The Grove Point Inn.
Thomas M. Kirkwood et Daniel ML. McKinnon de Sudbury, Ontario, achètent une partie (2 arpents x 12 arpents) de la terre numéro 29-A de Pierre-Firmin Lecavalier ; ils la subdivisent en 92 lots de chaque côté d'une route aménagée au centre de la terre et appelée Avenue Kirkwood.
(6 octobre) Les courtiers immobiliers Jeremiah Cook et James Armstrong, achètent la terre numéro 7 de James Thomson.
1892
Construction de la gare de Beaurepaire du Grand Trunk Railway.
La Commission scolaire de Pointe-Claire achète une partiie de la terre numéro 12 de Pierre Nepveu pour y construire une école catholique pour les enfants francophones tet anglophones.
(30 juin) William McMaster achète une partie de la terre numéro 5 de John Angell.
(18 juillet) Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Dollier.
1893
Inauguration de la première école catholique.
1894
Le bureau de poste de Dollier prend le nom de Beaurepaire comme celui de la gare du Grand Trunk Railway.
1895
Ouverture de l'école protestante anglaise Cedar Park dans la municipalité de Pointe-Claire.
George Alexander Drummond achète une terre de 500 acres s'étendant du bord du lac Saint-Louis à un point situé à près d'un demi mille au-delà de l'emprise du chemin de fer et de l'actuelle autoroute 20 ; il nomme l'endroit Huntlywood.
(8 mai) Huntley Redpath Drummond achète la terre numéro 25 située immédiatement à l'ouest de la montée Saint-Charles.
1899 George Alexander Drummond aménage un golf de 9 trous sur sa propriété.
1904
(1 juillet) Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Beaconsfield.
Fondation du club de golf de Beaconsfield par 50 membres présidés par Benjamin Tooke ; le parcours est d'abord situé sur la terre numéro de Drummond.
1907
La maison Curot est acquise par J. Augustine Mann, un avocat de Montréal, qui la nomme Dornal Hall.
1909
(Octobre) La veuve d'Alfred Dagenais vend une partie de la terre numéro 27 à George A. Drummond.
1910
(4 juin) Constitution de la municipalité de la ville de Beaconsfield par détachement de celle du village de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire.
Beaconsfield engage son premier chef de police.
1911
La population de Beaconsfield est de 375 âmes réparties en 60 familles occupant 60 maisons.
(3 octobre) Alexandre Laplante achète la terre numéro 21 de la famille Pilon et la subdivise en lots.
1912
Wilfrid Dagenais vend la terre numéro 29 à Gerald J. McShane, recteur de la cathédrale St. Patrick qui y établit la résidence St. Bridget et l'orphelinat St. Patrick.
La succession de George Drummond dirigée par son fils, Huntley Redpath Drummond, vend la partie de Huntleywood située au nord du chemin de fer à Hugh M. Allan et la partie située au sud à la compagnie Island Land Co.
1913
(7 juillet) Constitution de la commission scolaire de Beaconsfield par détachement de celle de Pointe-Claire ; elle est présidée par Joseph-Rémi Legault.
1914
Construction d'une centrale électrique municipale à l'est de la montée Saint-Charles, entre le Lakeshore Road et le boulevard Beaconsfield.
1921
La population de Beaconsfield est de 578 âmes.
1922
(Octobre) Un incendie détruit le pavillon Shamrock de l'orphelinat St. Patrick et les bâtiments adjacents.
1923
J.J. Joubert, un propriétaire de laiterie de Montréal, acquiert la terre numéro 12.
1924
Premier office de la paroisse Beaurepaire United Church.
Inauguration de la première école protestante à Beaconsfield.
1925
Premier office de la paroisse Christ Church (Anglicans) de Beaurepaire.
1929
Ouverture du Parc Saint-Charles, un champ de course aménagé près de la montée Saint-Charles.
1930
La centrale électrique est vendue à la Montreal Light, Heat and Power.
La population de Beaconsfield est de 641 âmes dont 172 anglicans, 111 membres de la United Church, 205 catholiques, 47 presbytériens et 106 appartenant à d'autres dénominations religieuses.
1931
Ouverture du premier hôtel de ville au 450, Lakeshore Road. Incendie de la station estivale The Grove, de la gare du Canadian National et de toutes les résidences environnantes à l'exception d'une seule.
À la suite d'un référendum, la ville adopte un règlement qui prohibe toute boisson contenant plus de un demi pour cent d'alcool.
1932
Consécration du temple anglican de la Christ Church par l'évêque Farthing de Montréal.
1935
C.B. Lang, président de la Dominion Steel and Coal, achète la terre numéro 5 de William McMaster et en fait sa résidence principale en 1936.
1939
La station balnéaire The Grove est reprise par les créanciers hypothécaires, puis laissée à l'abandon avant d'être acquise par Claude Hoskin, un hôtelier de Montréal.
1941
La population de Beaconsfield est de 706 habitants.
1942
Le Gouvernement du Canada réquisitionne l'hôtel The Grove et y loge 30 civils canadiens d'origine japonaise mis sous la garde de la Royal Canadian Mounted Police.
1947
La route 2-20 est inaugurée.
(Juillet) Robert A. Campbell achète la portion de la terre numéro 13 située entre la route 2 et le lac Saint-Louis ; il y commence l'élevage de chevaux d'exposition, devaches Jersey et de poules pondeuses..
1951
Ouverture de la bibliothèque de Beaconsfield. La population de Beaconsfield est de 1 888 habitants.
1955
Premier office de la paroisse St. Mary's Anglican Church dans la grange de John Rhind, sur la montée Saint-Charles.

Ouverture de la Beaconsfield Elementary School (16 classes) au 257, boulevard Beaconsfield.
1956
Ouverture des registres de la paroisse catholique anglophone St. Edmund of Canterbury.
Le West Island Protestant School Board achète un terrain de Rémi Legault (terre numéro 9) pour y construire la Christmas Park Elementary School.
La population de Beaconsfield est de 5 496 habitants.
1957
(15 septembre) Célébration du premier office dans la Beaconsfield United Church.
1958
Ouverture de la Protestant High School (18 classes).
Consécration de l'église St. Mary's par le révérend John Dixon.
Célébration du premier office divin de la congrégation Briarwood Presbyterian.
1961
Inauguration de l'église St. Edmund of Canterbery par le cardinal Paul-Émile Léger.
1962
Ouverture du nouveau temple anglican de la Christ Church.
La population de Beaconsfield est de 10 064 habitants.
1963
(22 décembre) Inauguration du temple de la Briarwood Presbyterian Church.
1965
Ouverture de l'école bilingue non confessionnelle John F. Kennedy.
1966
(10 septembre) Consécration du nouveau temple de la St. Marys Angilcan Church situé aux limites de Beaconsfield et Kirkland.
1968
Ouverture du complexe hôtel de ville-bibliothèque de Beaconsfield.
1969
(Décembre) Une loi de l'Assemblée nationale ordonne, entre autres, la création de la Communauté urbaine de Montréal-CUM et l'intégration à cette communauté de toutes les municipalités de l'île de Montréal, de l'île Bizard et de l'île Dorval. Constitution de la Communauté urbaine de Montréal-CUM par une loi de l'Assemblée nationale.
1971
La population de Beaconsfield est de 19 390 habitants.
1975
(22 mars) Ouverture officielle du Centre récréatif de Beaconsfield.
1990
La population de Beaconsfield est de 19 301 habitants.
1995
(2 avril) Deux adolescents âgés de 15 ans et un autre de 13 ans, assassinent le révérend Frank Toope, 75 ans, pasteur protestant à la retraite, et son épouse, Jocelyn, 70 ans, dans leur résidence de Beaconsfield ; condamnés à 3 ans de prison en 1996, puis libérés sous condition en mars 1999 ; deux des meurtriers, dont Ryan Patrick McPhee, sont arrêtés pour vol d'auto et bris de conditions à Toronto le 9 février 2000. En 2012, Ryan Patrick McPhee a été condamné à 6 mois de prison pour un assaut commis en 2005 ; le 1er décembre 2010, l'automobile conduite par McPhee au cours d'un violent orage emboutit un camion remorque ; Derek Pion, le passager de l'automobile est tué sur le coup ; McPhee est accusé de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort de Derek Pion ; il avait bu six bières avant de prendre le volant ; les essuie-glace qui avaient été réparés grossièrement, fonctionnaient mal.
(22 juin) Tragédie mortelle ; accident de la route ; un camion circulant vers l'ouest fonce sur des automobiles immobilisées à l'intersection de l'avenue Woodland et de l'autoroute 20 ; bilan : 3 morts et 1 blessé grave ; le conducteur du camion accusé de conduite dangereuse causant la mort est acquitté en 1997.
1998
Le gouvernement du Québec construit un saut-de-mouton sur l'autoroute 20 à l'intersection de l'avenue Woodland, là où des accidents ont fait 9 morts entre 1992 et 1995.
2000
La population de Beaconsfield est de 18 906 habitants.
(20 décembre) Sanction de la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouais adoptée par l'Assemblée nationale le même jour; cette loi ordonne, entre autres, la fusion de toutes les municipalités de l'île de Montréal (Anjou, Baie-D'Urfé, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, Lachine, LaSalle, Montréal, Montréal-Est, Montréal-Nord, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Outremont, Pierrefonds, Pointe-Claire, Roxboro, Sainte-Anne-de-Bellevue, Sainte-Geneviève, Saint-Laurent, Saint-Léonard, Saint-Pierre, Senneville, Verdun et Westmount) et des municipalités de L'Île-Bizard et de L'Île-Dorval pour constituer la nouvelle ville de Montréal. Le territoire des anciennes municipalités de Beaconsfield et Baie-d'Urfé sont réunis pour former l'arrondissement Beaconsfield-Baie-d'Urfé de la ville de Montréal.
2001
(15 mai) Tragédie mortelle ; actes criminel ; bilan : 3 morts ; Jeffrey Fertuck, 35 ans, assassine son père, Edward, 72 ans, et sa mère, Margaret, 70 ans, puis se suicide en se jetant sous les roues d'un convoi de marchandises du Canadien National près de la gare de Beaconsfield ; Jeffrey Fertuck souffrait de troubles psychiatriques.
(4 novembre) Élection du conseil de la future nouvelle ville de Montréal.
(31 décembre) Toutes les villes fusionnées cessent d'exister.
2002
(1 janvier) Naissance de la nouvelle ville de Montréal.
2004
Les francophones de la municipalité compte pour 26 % de la population totale.
(20 mai) Les contribuables des anciennes municipalités de Beaconsfield (37,72 %) et de Baie-d'Urfée (57,37 %) signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville de Montréal et à devenir deux entités municipales distinctes des autres municipalités de l'île.
(20 juin) Référendum sur le démembrement de Montréal ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Beaconsfield obtient sa séparation de la ville de Montréal avec une majorité de 79,96 % représentant 45,43 % des électeurs inscrits.
2006
(1 janvier) La municipalité de Beaconsfield retrouve son statut de ville indépendante.
(30 janvier) Le Lester B. Pearson School Board maintient sa décision de fermer l'école Allancroft.
2008
Justin Rousseau, 15 ans, est tué par un train sur le chemin de fer près de la gare de Beaconsfield.
2010
La population de Beaconsfield est de 19 378 habitants.

  • Attraits :


Manoir Beaurepaire (vers 1765) ; construit sur la terre numéro 7 (4 arpents x 20 arpents) sur la Pointe Anaouy aujourd'hui appelée Pointe-Thompson, concédée 1678 (18 mai) par les sulpiciens à Jean Quenet (Guénet) ; en 1765, Amable Curot, un marchand de Montréal, achète la terre des héritiers Quenet (Guénet) ; en 1769 il y construit un entrepôt commercial ; Curot perd la propriété en 1785 lorsque le shérif la vend aux enchères à Pierre Vallée ; en 1870, la propriété est acquise par James Thompson qui lui donne son nom ; en 1946, la propriété passe à Peter Lust qui l'acquiert de la famille de Paul Craig. Reconnu monument historique en 1975.

Parc Memorial ; 21 avenue Elm. Aménagé sur une partie des terres numéros 18 et 19 concédées par les sulpiciens à Jean Charlebois dit Joly en 1699 ; Joseph-Léonide Perron acheta la terre numéro 18 à l'encan en 1906 et y bâtit une vaste résidence d'été en plus d'y aménager une ferme modèle ; en 1940, Léo Dandurand acheta une partie de la terre 18 y compris la maison et la nomma Dan Acres, puis la vendit aux Soeurs du Bon-Pasteur en 1953 qui en firent le Marian Hall, une institution pour jeunes filles anglophones référées par l'Office de la protection de la jeunesse ; devenue trop petite pour leurs besoins, les Soeurs vendent le Marian Hall à la ville de Beaconsfield en 1965 ; celle-ci en fait le Centennial Hall, un centre communautaire culturel avec salles de réceptions.

  • Toponymie -


Beaconsfield rappelle le souvenir de l'ancien premier ministre britannique, Benjamin Disraeli, lord Beaconsfield.
Sur la terre de Jean Quenet (ou Guenet), il y avait la pointe Anaouy qu'il baptisa Beaurepaire ; cette pointe est appelée Pointe-Thomson sur les cartes terrestres et Pointe-à-Quenet sur les cartes maritimes.
L'avenue Beaconsfield de Montréal honore la mémoire du même homme.

  • Repères géographiques -


Sur l'ouest de l'île de Montréal.
Le long du lac Saint-Louis.
Bornée par les municipalités de Pointe-Claire et Baie-d'Urfé.

Références -

Les rues e Montréal - Répertoire historique. (ville de Montréal, méridien, 1995)
Beaconsfield et Beaurepaire - Une chronique de l'expansion de la ville de Beaconsfield et du secteur de Beaurepaire (Robert L. Baird et Gisèle Hall, traduction de Chronicle of the Development of the City of Beaconsfield and the District of Beaurepaire (par Armande Pilon, Ville de Beaconsfield, 1998).
Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec (Hormisdas Magnan, Imprimerie d'Arthabaska, 1925)
Montréal son histoire, son architecture (Guy Pinard, Éditions La Presse, 1987)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)